D'après les statistiques dévoilées, mardi 23 juillet, par le ministère du Travail, 44.719 contrats d'apprentissage tous secteurs confondus ont été signés au cours du premier semestre 2013 par rapport 2012, soit une dégringolade de 23 %. Le secteur du BTP en fait aussi les frais. Précisions et réactions.

Alors que l'objectif gouvernemental de 500.000 jeunes en alternance en 2017, contre 440.000 a de nouveau été confirmé ces jours-ci par l'Elysée, les derniers chiffres publiés ce mardi 23 juillet, par les services statistiques du ministère du Travail prouvent que l'apprentissage demeure à la peine à quelques semaines de la future rentrée scolaire. En effet, 44.719 contrats en entrée d'apprentissage tous secteurs confondus - cette étude ne détaille pas chaque secteur dont celui du BTP* - ont été signés depuis le début de l'année, contre 58.136, soit un total en recul de 23 % par rapport à 2012, souligne le ministère du Travail. Ce total est également en net recul par rapport au premier semestre 2011, où 62.700 contrats avaient été signés cette année-là.

 

"L'un des deux dispositifs d'alternance avec les contrats de professionnalisation enregistre un recul et un ralentissement durant cette période, nous confirme un conseiller technique de l'Alternance et apprentissage au ministère du Travail. Un signe positif ? Les entrées en apprentissage n'ont pas diminué en juin 2013 par rapport en juin 2012, au contraire elles ont augmenté de près de 8%( Ndlr : 7,94 %). C'est pour cela que nous devons nuancer ces chiffres."

 

Qu'en sera-t-il désormais à la prochaine rentrée ? "Il est difficile de faire des hypothèses pour le moment", rétorque le conseiller technique. En effet, une semaine après la suppression compensatrice de formation (ICF) - soit une prime de 1.000 euros par an versée aux employeurs d'apprentis à l'exception finalement de l'aide aux TPE (0 à 10 salariés) - , les questions sur les futures données de l'apprentissage fusent chez les professionnels du secteur du BTP. "Par exemple, dans le BTP, nous avons appris que la rentrée ne sera pas sensationnelle" , nous confie le ministère.

 

Vers une baisse de 10 à 15 % d'entrées en apprentissage dans le BTP en 2012
De son côté, Jacques Vuthan, directeur des études au CCCA-BTP, regroupant 62.000 apprentis du BTP, signale qu'une "baisse est prévisible dans le secteur." Et de préciser: " Comme on enregistre une baisse de 10 à 15 % au niveau de recrutement des premières années en 2012, on aura donc un stock de jeunes issus de la première année en baisse au cours de la seconde année, soit en 2013, c'est mécanique", nous détaille-t-il. Par ailleurs, quatre critères sont d'après lui responsables d'une baisse de l'apprentissage : "une conjoncture économique difficile ; l'existence des parcours professionnels (notamment le baccalauréat professionnel) sur trois ans, une démographie mauvaise, la restructuration des entreprises du BTP qui conduit à une baisse de la main d'œuvre." Et d'ajouter : "Pour la rentrée prochaine, notre curseur devrait être entre 60.000 et 65.000, nous l'espérons !"

 

Par ailleurs, si les services du ministre du Travail maintiennent bel et bien la suppression de l'aide à l'apprentissage, ils ont confirmé qu'un dispositif spécifique aux entreprises de moins de 10 salariés sera mis en œuvre dans le projet de loi de finances pour 2014. En compensation. "On travaille dessus" , nous assurait un conseiller de Michel Sapin. " Effectivement, toutes les aides supprimées, conduiront dans les mois avenir à une baisse des signatures, estime Jacques Vuthan. Même si notre secteur n'est pas concerné par ce dispositif car nous touchons notamment les TPE, il y aura un effet limité mais aussi important."

 

Interrogé, ce mercredi 24 juillet, dans Le Figaro, Pierre Burban, secrétaire général de l'UPA souligne de son côté qu'"il faut que le Gouvernement fasse une communication claire d'ici à la fin de la semaine sur la manière dont il entend poursuivre l'accompagnement financier des entreprises en matière d'apprentissage." L'organisation professionnelle compte, en effet, connaître très vite "les dispositifs qui bénéficieront aux entreprises de moins de 50 salariés".

 

*L'étude dédiée aux secteurs dont celui du BTP sera communiquée dès l'automne prochain, par les services statistiques du ministère du Travail.

actionclactionfp