CONJONCTURE. La demande placée de bureau en Île-de-France revient à des niveaux comparables à l'avant-pandémie, selon les statistiques de référence du groupement Immostat. Ce qui n'est pas le cas de l'investissement dans ce type d'actifs, en perte de vitesse.


Comme si de rien n'était ? Immostat, qui rassemble quatre acteurs majeurs du secteur, BNP Paribas Real Estate, CBRE, JLL et Cushman & Wakefield, a publié, le 8 avril, ses chiffres pour le premier trimestre en Ile-de-France. Selon les experts, la demande retrouve ses niveaux d'avant pandémie dans la région capitale.

 

La demande placée, c'est à dire la surface totale de locaux où un nouvel occupant s'est installé, s'établit à 503.900 mètres carrés au premier trimestre. C'est 40% de plus qu'au premier trimestre 2021, et dans la moyenne des dix dernières années. "Le marché a continué sur une dynamique qui avait pris corps au second semestre 2021 et a continué de bénéficier de conditions économiques qui étaient tout à fait favorables jusqu'à relativement récemment", commente pour l'AFP Virginie Houzé, directrice études et recherches chez JLL.

 

Il vous reste 65% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp