NUCLEAIRE. Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire et son secrétaire d'État Sébastien Lecornu ont communiqué au sujet du projet Cigéo d'enfouissement des déchets nucléaires. Le Gouvernement a décidé de renforcer la concertation.

"L'année 2018 sera une année charnière pour le projet", c'est ce qu'affirme Sébastien Lecornu, secrétaire d'État auprès du ministre à la Transition écologique et solidaire, en tant que président du comité de haut niveau (CHN) du projet de centre industriel de stockage géologique de déchets nucléaires (Cigéo) qui l'affirme. Le gouvernement a en effet décidé de renforcer les outils de concertation autour de Cigéo. A l'issu du CHN, le secrétaire d'État à la Transition écologique et solidaire a ajouté : "Le Gouvernement prend ses responsabilités et se donne les moyens d'organiser une concertation mobilisant toutes les expertises". Pour mettre en place ces outils, le CHN a modifié le calendrier et la méthode de concertation selon trois points.

 

Tout d'abord, la mise en place d'un dialogue public national dans un souhait de transparence. Un débat sur la question de la gestion des déchets nucléaires aura lieu en fin d'année. Ensuite, de nombreux experts seront consultés. Un centre de ressources en ligne sous le pilotage de l'état, de l'autorité de sûreté nucléaire et de l'institut de radioprotection et sûreté nucléaire va être créé. Cette plateforme permettra aux citoyens de poser des questions sur le projet. Le ministre et son secrétaire d'État tiendront une instance de dialogue "experts-société civile" tous les trois mois et la commission nationale des débats publics a désigné deux garants indépendants pour organiser la concertation sur la réversibilité du projet, qui est l'un des points forts du Cigéo. Enfin, le Gouvernement souhaite installer localement le projet, en renforçant la périodicité des comités de haut niveau qui se réuniront désormais deux fois par an. Une commission d'études sur le stockage des déchets nucléaires à l'étranger aura lieu d'ici l'été 2018 avec Sébastien Lecornu, des experts et des élus locaux et nationaux.

 

Une transparence synonyme de gain de temps

 

L'autorité de sûreté nucléaire (ASN) a rendu en janvier ses conclusions sur la sécurité du projet Cigéo et a reconnu « un stade de maturité technique satisfaisant ». Malgré cette approbation, le Gouvernement semble se réserver un droit de retrait sur le projet, même si ce dernier a été retenu par la loi comme option de référence. Nicolas Hulot s'est exprimé ainsi : "Les déchets nucléaires sont là, et nous devons les gérer, et ne pas nous décharger sur les générations futures. Nous n'avons pas de solution miracle". Avec un projet de l'ampleur de Cigéo, le ministre de la Transition écologique et solidaire préfère prendre le temps de trouver la meilleure solution et de consulter les experts et les citoyens.

actionclactionfp