DISPARITION. Le fondateur de l'agence Chabanne, qui rassemble architectes et ingénieurs, est décédé à la toute fin de l'année dernière. Son agence, aujourd'hui dirigée par son fils, s'est spécialisée dans les ouvrages complexes.

Jean Chabanne, fondateur de l'agence éponyme aujourd'hui dirigée par son fils Nicolas, est décédé le 28 décembre dernier, à l'âge de 74 ans. Parmi ses projets phares se trouvent le Stade de l'Aube, le Palais des Sports de Toulon ou le Vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines.

 

Né en 1946 dans la Loire, Jean Chabanne obtient son diplôme d'architecte et urbaniste à l'école des Beaux-Arts de Paris. Originaire de la région stéphanoise, c'est à Lyon que les bureaux Chabanne prennent ancrage sur le Quai Pierre Scize lorsqu'il fait l'acquisition en 1999 d'un ancien garage de la Scuderia. Aujourd'hui siège de l'agence, il regroupe 60 des 130 collaborateurs de l'entreprise également présents à Paris, Aix-en-Provence et Saint-Etienne.

 

Réunir architectes et ingénieurs

 

Après avoir fondé les Ateliers Jean Chabanne en 1969, il s'engage sur la voie d'un métissage des métiers d'architecture et d'ingénierie. "La complicité père-fils nous a poussés à repenser notre fonctionnement et encouragés à mailler les compétences pour construire une vision plus globale des projets aujourd'hui nécessaire, entre architecture, usage et environnement", explique Nicolas Chabanne.

 

L'agence Chabanne se présente comme "une agence archi/ingé spécialiste des ouvrages complexes pour de multiples secteurs : sport, culture, santé, enseignement". Parmi ses dernières réalisations remarquées ont peut noter le Grand Palais éphémère, entièrement démontable, le stade nautique de Mérignac, "l'un des plus grands complexes nautiques de France", ou encore le palais des congrès de Nîmes, en plein centre-ville.

 

Une entreprise de création - extrait de la monographie Chabanne
"Nous sommes une entreprise de création. Une entreprise de création c'est un partage d'idées et de savoirs pour développer une culture qui répond aux questions 'Comment vivrons-nous demain ? Quels cadres de vie conviendront aux sociétés futures ?'

 

Concevoir et bâtir des équipements collectifs est le choix que nous avons fait pour leur donner du sens, les ancrer dans la vie et l'histoire de la Cité. C'est les organiser pour qu'ils dégagent des émotions, de la personnalité. Ils sont le résultat du travail de toutes les communautés pour concevoir des lieux emblématiques et représentatifs des idées fortes du moment. Ils représentent ce que tous les Hommes mettent en commun pour mieux vivre en société, partager, assister, aider.

 

Rassembler des femmes et des hommes d'exception est le seul moyen de participer à la création de ces équipements. Ceux qui conçoivent et bâtissent ces œuvres n'ont pas peur d'affronter les difficultés, la complexité, les risques. C'est un métier intransigeant qui demande beaucoup d'entraînement. Il faut du temps, tout lui donner, et même un peu plus que ce que l'on a. Les femmes et les hommes qui aiment se métier pensent collectif. Leur comportement est la traduction d'un enthousiasme, d'un enchantement, d'une passion".

 

- Jean Chabanne, 2015

actionclactionfp