TRANSITION. A l'heure où la machine économique se remet doucement en route, des acteurs privés du bâtiment et des services énergétiques font part de leurs contributions pour les plans de relance post-coronavirus. Rénovation énergétique, gestion des installations, réseaux de chaleur et de froid... autant de propositions "portées" par la filière mais qui ont besoin d'un soutien accru des pouvoirs publics.


Alors que les gouvernements commencent à présenter un peu partout leurs plans de relance post-coronavirus, les acteurs de certains secteurs d'activité apportent leur contribution au débat en présentant des propositions spécifiques. C'est le cas notamment des entreprises de services énergétiques qui, par le biais de la Fédération des services énergie-environnement (Fedene), a listé une douzaine de mesures à destination de la rénovation énergétique des bâtiments, de la gestion des sites et des réseaux de chaleur et de froid. Partant du principe que le développement de projets d'énergies et d'économies d'énergies constituera un levier crucial pour la relance économique, ces professionnels espèrent pouvoir concilier redémarrage de l'activité, sauvegarde des emplois et décarbonation de la consommation énergétique, le tout dans un laps de temps assez court. La production et la récupération de la chaleur renouvelable ainsi que les économies et la rénovation énergétique constituent les deux axes de cette salve de propositions, qui auront néanmoins besoin d'un soutien public accru et de procédures plus rapides. Sur le plan économique, la Fedene assure que ces projets sont financièrement portés par ses adhérents et n'attendent plus que le feu vert du Gouvernement.

 

Adaptation des CPE et renforcement des CEE

 

Dans le secteur de la construction, l'objectif affiché est de massifier les chantiers de rénovation énergétique. Pour ce faire, les professionnels proposent de mettre en place une démarche baptisée "Réno-copro" visant à généraliser les rénovations techniques. Cette initiative se baserait sur des Contrats de performances énergétiques (CPE) "adaptés" aux copropriétés possédant des systèmes de chauffage collectif. Mais un autre CPE serait également nécessaire afin de
Il vous reste 69% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles Batiactu+
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp