A Tytyri, près d'Helsinki, se trouve la plus haute tour inversée du monde… En effet, c'est là que l'ascensoriste Kone a installé son laboratoire de test grandeur nature, qui plonge à 350 mètres en dessous du sol dans une mine de calcaire. Visite vertigineuse.

Depuis 1998, Kone teste une partie de ses innovations dans la tour de test de Tytyri, située à quelques dizaines de kilomètres de la capitale finlandaise. Plus qu'un simple laboratoire, Tytyri se compose d'une véritable tour de 350 m enfouie sous la terre. En effet, Kone a choisi de renverser le concept traditionnel de test dans une tour au dessus du sol en utilisant plutôt une mine existante - en l'occurrence ici une mine de calcaire - avec ses puits souterrains.

 

Il aura fallu à peine dix mois pour concevoir la tour, depuis le prolongement de la mine existante dès mai 1997, l'installation de la gigantesque cage d'ascenseur en acier en septembre de la même année, pour enfin débuter les tests en mars 1998. La cage en acier a été réalisée avec 29 éléments de 12 m de haut, pesant 10.000 kg chacun. Ce monstre d'acier vient ainsi perforer la roche sur une hauteur totale de 350 m, offrant à la plate-forme un environnement stable pour réaliser des tests sans interférences extérieures. Si la sensation de vertige n'est pas perceptible du fait d'être dans une cabine fermée, il n'en demeure pas moins que l'on ressent les dizaines de mètres qui défilent en à peine quelques secondes pour atteindre le fond de la mine. Ne serait-ce que parce que la dépression agit sur nos oreilles… Ainsi, la distance maximale parcourue est de 317 m (il faut prendre en compte l'emplacement de la machinerie du système), qui peut être réalisée à une vitesse maximale théorique de 17m/seconde.

 

Conditions extrêmes
Pendant l'essai, qui s'est déroulé en deux temps, nous nous sommes d'abord arrêtés à -110 m, là où la mine a été transformée en véritable attraction touristique. En effet, on peut trouver à ce niveau le musée qui retrace l'épopée de cette mine de calcaire, les outils et machines de travail qui ont servi aux mineurs, et même un restaurant qui accueille déjeuner et dîners festifs ! Kone nous indique même que près de 2.000 visiteurs professionnels sont accueillis ici chaque année. Puis, nous sommes remontés dans la cabine pour finalement descendre 240 m plus bas, au point « culminant » de la tour de test de Kone. Là, la température est nettement plus fraîche, l'humidité se fait largement sentir, mais la vie demeure, à l'image de ce mur où pousse une jeune végétation. On peut également se rendre compte de la profondeur du lieu grâce à une infographie réalisée par Kone, qui montre que la distance que l'on vient de parcourir correspond à la hauteur totale (du sol à l'extrémité de la flèche) de la Trump Tower de Chicago.

 

Sur ce site unique au monde, Kone teste ainsi les systèmes de commande et de traction des ascenseurs, la signalisation, le confort lors du déplacement, l'influence de la pression de l'air, les méthodes d'installation et la sécurité des cabines. Parmi les installations de référence mondiale testées à Tytyri, on peut citer le gratte-ciel « The Shard » à Londres ou encore le Makkah Clock Royal Tower Hotel en Arabie Saoudite.

actionclactionfp

Descente en escalier mécanique Kone

kone
kone © CL-Batiactu
Petite entrée en matière... Pour atteindre l'ascenseur qui descend jusqu'à 350 m de profondeur, il faut d'abord emprunter un escalier mécanique.

Design d'une double cabine

kone
kone © CL-Batiactu
Voici la double cabine Kone qui est actuellement en test à Tytyri. Il s'agit d'un système qui intègre deux cabines placées l'une au-dessus de l'autre, ce qui permet de transporter une plus grande capacité d'usagers, de réduire les temps de trajet entre les étages, de gagner de la place en termes d'installation, de baisser les coûts de construction et aussi de laisser libre-cours à la créativité architecturale et au design.

Envers du décor

kone
kone © Kone
Si, sur place, nous n'avons pas eu l'occasion d'appréhender le vide, du fait d'être dans une cabine fermée, côté coulisses, on se rend compte de la hauteur vertigineuse de l'installation de 350 m de haut.

Cage d'acier

kone
kone © CL-Batiactu
Il aura fallu 29 éléments d'acier de 12 mètres et 10 tonnes chacun pour constituer la cage d'ascenseur du laboratoire de test de Tytyri.

A travers la roche

kone
kone © CL-Batiactu
La tour de test de Kone a été réalisée dans une mine de calcaire, aujourd'hui encore en exploitation, qui appartient à Nordkalk Corporation. La cage d'ascenseur traverse la roche et bénéficie des atouts d'un environnement stable où les interférences extérieurs n'agissent pas.

Premier arrêt à 110 m de profondeur

kone
kone © CL-Batiactu

Monstre d'acier

kone
kone © CL-Batiactu
La cabine, qui brille de mille feux, est arrêtée à 110 m de profondeur. C'est le point de départ de la visite des souterrains.

Deuxième arrêt à -350 m

kone
kone © CL-Batiactu
En quelques secondes, on atteint le "point culminant" de la tour, à 350 m, soit la hauteur totale de la Trump Tower de Chicago.

Eléments de comparaison

kone
kone © CL-Batiactu
Ce tableau représente la longueur de la tour de test de Tytyri par rapport à des gratte-ciel significatifs.

Tunnel

kone
kone © CL-Batiactu
A 350 m de profondeur, la fraîcheur et l'humidité se font davantage sentir... ainsi que l'obscurité. Ici, chaque ouvrier et technicien ne se déplace jamais sans une lampe torche, objet de survie indispensable en cas d'extinction inhabituelle des spots.

Mine en exploitation

kone
kone © CL-Batiactu
La mine de calcaire est toujours en exploitation.

Plan souterrain

kone
kone © Kone

Site de Tytyri

kone
kone © CL-Batiactu
A la surface de la mine, Kone a installé des locaux très modernes. On aperçoit le haut de la tour qui plonge jusqu'à 350 m sous le sol.

 

Pour découvrir l'installation en images, allez en page suivante.

En images