La célèbre architecte se raconte à travers près de 200 de ses œuvres qu'elle commente pour l'ouvrage Zaha Hadid, l'Intégrale. Une plongée indispensable dans l'univers architectural et design de cette Irakienne installée à Londres, première femme lauréate du Prix Pritzker.

«Zaha Hadid est une grande cinéaste. Son regard s'apparente à celui d'une caméra. Elle perçoit la ville au ralenti, en panoramiques, travellings et gros plans, en coupes franches et en rythmes narratifs. Tandis qu'elle dessine le monde autour d'elle, elle en extrait les espaces inconscients (...). Avec témérité, elle explore, ralentit et accélère les rythmes de la vie quotidienne et impose à son environnement une architecture révélée par une précision chirurgicale. Elle construit l'explosion d'un dixième de seconde.» Aaron Betsky, le célèbre architecte directeur de la Biennale de Venise 2008, commence ainsi l'introduction de ce superbe ouvrage qu'est Zaha Hadid, l'Intégrale, publié aux éditions Parenthèses ce mois-ci. Une véritable introduction, explicative, fournie et non une simple préface «congratulante». L'un de ses pairs livre ainsi les facettes multiples de cette architecte irakienne, installée à Londres, qui marque, à sa manière et d'une empreinte indélébile, l'histoire de l'architecture du XXIe siècle.

 

Des «simples folies» aux constructions à grande échelle
A celle qui fut la première lauréate féminine de l'équivalent du Prix Nobel pour l'architecture, le Prix Pritzker en 2004, l'on doit entres autres, des musées (Brandhorst en Allemagne, Guggenheim de Taichung à Taïwan, un MAC au Barheïn, le Musée des arts du XXIe siècle à Rome, etc.), des opéras (Ghangzhou en Chine, Dubaï encore en construction, etc.), mais aussi des piscines olympiques (Londres), des centres d'art, des bibliothèques, etc. Sans oublier des objets, du mobilier... Et c'est cette conceptrice géniale, à l'imagination débordante, qui explique chacun de ses 200 projets ou réalisations «depuis les expérimentations précoces, les œuvres peintes, les simples folies, les constructions à grande échelle ou de grande hauteur, les plans directeurs d'urbanisme, jusqu'au design d'objets, de mobilier et d'articles de mode.»

 

Une vision à la source du modernisme
couverture livre
couverture livre © Zaha Hadid, l'Intégrale - Ed. Parenthèses, 2009
«Alors que la vision de Le Corbusier consistait à dissoudre la ville pour la remplacer par un tapis d'architecture moderne et morne, je pense qu'il est possible de soutenir l'intensité de la métropole sans éroder la trame qui assure la cohésion.» Du Zaha Hadid dans le texte, nous invitant à découvrir son univers, ses pensées, les tenants et aboutissants de ses réflexions passionnantes. Des idées qui prennent formes, en ces courbes et lignes uniques si spécifiques à ses œuvres.

 

L'un des aspects qui caractérisent le monde de Zaha Hadid ? Pour Aaron Betsky, toujours dans l'introduction, «elle n'invente pas de nouvelles formes de construction ou de techniques ; elle nous fait porter un regard neuf sur le monde, en révolutionnant la manière de le représenter. Elle trouve les racines du modernisme dans la dissolution tant du sujet que de l'objet et les porte sur la scène du paysage moderne qu'elle refaçonne comme un lieu où nous pouvons entreprendre d'aventureux voyages.» Seul livre consacré à cette artiste traduit en français, Zaha Hadid, l'Intégrale est une invitation pour un voyage extraordinaire, indispensable.

 


Zaha Hadid, l'Intégrale
Editions Parenthèses
Traduit de l'anglais par Virginie Bermond-Gettle
39€

actionclactionfp