La Commission de régulation de l'énergie préconise une augmentation de près de 40% de la taxe servant à financer les énergies renouvelables. Toutefois, on se dirige plutôt sur une hausse plus modérée…

La CRE souhaiterait une hausse de près de 40% du montant de la CSPE, une taxe spécial servant à couvrir les charges des missions de service public de l'opérateur historique EDF, dont celles liées au rachat à un prix bonifié de l'électricité d'origine renouvelable et les tarifs sociaux.

 

Fixée à 19.50 €/MWh en 2015, elle devrait en théorie s'élever à 27.05 €/MWh dès l'an prochain. Objectif : couvrir les charges prévisionnelles, estimées à 7 Md€, et le défaut de recouvrement accumulé par EDF d'un montant de 2.8 Md€, indique la CRE dans un communiqué.

 

Cependant, l'hypothèse d'une hausse plus modérée paraît plus vraisemblable, avec un impact plus limité sur la facture. Car à défaut d'un arrêté ministériel fixant le futur montant de la CSPE, elle augmentera par défaut de 3€/MWh, à 22.5 €/MWh au 1er janvier prochain, soit une hausse de 2.2 ou 2.3% de la facture d'électricité.

 

Rappelons que les charges de la CSPE, supportées par tous les fournisseurs de courant, n'ont cessé de croître depuis sa première application en 2002, du fait du développement massif des énergies renouvelables et notamment du photovoltaïque et de l'éolien.
actionclactionfp