Dans sa dernière étude dévoilée, l'Observatoire régional du foncier (ORF) d'Ile-de-France signale que le nombre de terrains déclarés constructibles vendus au premier semestre 2015 a chuté de 17 % en petite couronne parisienne par rapport à la même période en 2014. Les prix du foncier régressent également. Précisions.

Alors qu'une mission a été confiée en septembre dernier à Dominique Figeat, président de l'Observatoire régional du foncier (ORF) d'Ile-de-France, pour "mobiliser le foncier privé en zone tendue et accélérer la construction de logements", le même observatoire a dévoilé la dernière note conjoncturelle, publiée jeudi 1er octobre 2015.

 

Le constat est sévère : "Le nombre de terrains déclarés constructibles vendus au premier semestre 2015 a chuté de 17% en petite couronne parisienne par rapport à la même période en 2014", souligne l'étude. Il faut effectivement remonter à 2009 pour observer un tel recul. De son côté, l'Ile-de-France (hors Paris) enregistre une baisse de 5 % par rapport à la même période, c'est-à-dire 2014, avec 2.300 points de vente.

Vers les mêmes niveaux qu'en 2006

Par ailleurs, l'Observatoire régional du foncier (ORF) d'Ile-de-France constate que "les prix, qui résistaient encore en 2014, baissent de 13% en petite couronne et de 9% en grande couronne, retrouvant ainsi les niveaux de 2006."

 

A noter aussi qu'au deuxième trimestre 2015, le prix moyen du foncier ressort à 227.000 euros en petite couronne, 146.800 euros en grande couronne et 157.000 euros pour l'ensemble de l'Ile-de-France hors Paris.

 

En parallèle, l'ORF rappelle que l'activité du marché des logements neufs en Ile-de-France croît de nouveau, en raison d'une mise en vente de 13.400 logements au premier semestre 2015, soit +22 % par rapport à la même période en 2014.

 

C'est pourquoi l'Observatoire régional du Foncier rappelle dans sa note de conjoncture que la "question de l'offre foncière mobilisable pour la construction sera d'actualité dans les cas où les conditions de reprise d'activité dans le BTP en région francilienne devaient se confirmer."

Les prix de l'immobilier analysées autour des quartiers des futures gares

Autre point analysé par l'ORF : les prix de l'immobilier dans un périmètre de 800 mètres autour des 78 futures gares du Grand Paris et 39 quartiers gares identifiés. Parmi eux, 26 quartiers gares ont vu leur prix baissé. Dans ces quartiers situés hors de Paris, les prix ont baissé de 1,6% en moyenne entre 2011 et 2014, pour se fixer à 4.515 euros/m², indique l'étude. Avant de préciser : "Cette baisse s'inscrit dans le contexte des communes où sont implantées les gares, où les prix moyens restent stables, passant de 4.640 à 4.620 euros/m² sur la même période", ajoute l'Observatoire.

 

A contrario, 13 quartiers-gares affichent des prix supérieurs à la moyenne de leur commune, à l'image des gares du Grand Paris Express comme la mairie d'Aubervilliers et Le Perreux-Nogent (ligne 15 Est), Kremlin-Bicêtre Hôpital (ligne 14) voire Massy-Palaiseau (ligne 18).
actionclactionfp