Pour ce projet, "notre défi consiste à réaliser une gare souterraine de 18.000 m² et cela à 20 mètres de profondeur, et à créer des interconnexions rapides et fluides dans la gare multimodale la plus fréquentée de France (connexion aux autres lignes de transport) ainsi qu'un accès direct sur le parvis de La Défense", poursuit Guillaume Le Reveillé. C'est pourquoi, ce chantier implique aussi le réaménagement du CNIT, dont la création de 7.000 m² de commerces.

 

Construction d'un "sarcophage acoustique"

 

"Un des enjeux repose sur la capacité de nos équipes à déployer des solutions permettant de limiter au maximum les nuisances sonores et la propagation du bruit aux étages supérieurs", explique à son tour Xavier Gruz, directeur du projet Eole.

 

Dans cette optique, un "sarcophage acoustique", (sol, parois et plafond) enveloppe le chantier sous le CNIT. Ce dernier se décompose à travers plusieurs opérations : la reprise de fondations du CNIT, qui sera comme mis en lévitation avec la reprise en sous-œuvre de ses 124 pieux, la construction du corps principal de la gare, la création des espaces de correspondances avec les transports en commun et le CNIT, la création des différentes sorties du RER E, tout en assurant la mise en accessibilité de la gare aux personnes à mobilité réduite (ascenseurs, quais, rampe).
actioncl