EXPERIMENTATION. Après celle de Nantes, ce sont trois maisons qui devraient voir le jour grâce à l'impression béton 3D, à Croix dans le Nord. Le projet, lancé par un groupe privé d'immobilier social, vise à tester la construction de logements habitables et duplicables.

La maison à impression 3D de Nantes inspire. Le groupe privé d'immobilier social Vilogia s'est également lancé dans l'aventure de ce mode constructif. Si les exemples se multiplient en France et à l'étranger, Vilogia s'est dit "pourquoi ne pas tester l'impression 3D sur l'un de nos projets", nous explique Amélie Ammeloot, chef de projet à la directrice technique et innovation. Son équipe, qui travaille justement à l'étude des modes constructifs, a souhaité tester l'impression 3D pour voir quels pourraient être les gains techniques, financiers, de temps de réalisation, de forme et de souplesse dans la réalisation d'un tel projet.

 

En mai 2017, l'entreprise a donc lancé un appel d'offre en conception-réalisation pour la création d'une maison utilisant un maximum d'élément en 3D, sur un terrain situé à Croix (59). "Nous avons vraiment laissé libre cours à l'imagination des concurrents", raconte Amélie Ammeloot. "Cela pouvait allait de l'impression du mobilier à l'intégralité de la construction", ajoute-t-elle. Après avoir reçu quatre offres, trois ont été sélectionnées dans un premier temps. Puis deux projets ont été présentés fin septembre. C'est finalement celui porté par le groupement mené par Bouygues construction Nord-Est et le cabinet Envergures Architectes, associés à la Start up hollandaise CyBe qui a été retenu pour sa capacité à faire évoluer l'offre. "L'autre projet était trop compliqué pour un logement qui devait être habitable", précise la chef de projet.

 

Des murs extérieurs en béton imprimé

 

Le groupement s'appuie sur une solution technique d'impression béton 3D développée par la start up hollandaise Cybe. Ce qui a joué en faveur de ce projet, c'est sa proposition de créer trois maisons individuelles sur le terrain. Il est ainsi proposé de construire deux maisons de types T3 et une T4. Toutes se distinguent par une impression de formes courbes dans les 3 dimensions, souligne Amélie Amemeloot, qui parle aussi "d'un effet de vague". Si les T3 sont de plain-pied, la plus grande est composée d'un R+1.

 

Concrètement, le système d'impression béton en 3D sera utilisé pour la construction des murs extérieurs uniquement. A la différence du projet de Nantes (lire notre article) où la technologie imprime en 3D les murs en béton avec un isolant en polyuréthane, celui de Croix prévoit de n'imprimer que du béton. Pour la maison R+1, la dalle ne sera pas réalisée avec l'impression 3D, nous précise Amélie Ammeloot.

 

=> Suite de l'article page suivante
actionclactionfp