Le projet bénéficie des travaux de recherche & développement menés depuis 2007 par le laboratoire de prospective "Phosphore" d'Eiffage ainsi que de nombreux partenariats, notamment avec Orange, pour les aspects quartier connecté (réseaux WiFi et Internet haut débit), Lafarge (pour le béton fibré) ou EDF (solutions d'énergies renouvelables), plus tout un écosystème de startups. C'est le cas d'une société spécialisée dans la mycoremédiation, technique de dépollution des sols par des champignons. "C'est avantageux pour traiter les terres in situ plutôt que d'utiliser une noria de camions transportant des déblais puis des remblais", souligne Hervé Gatineau, qui note l'efficacité de la méthode, bien qu'elle soit un peu lente. "Une friche industrielle reconquise permet de construire la ville sur la ville", fait valoir Eiffage. Autre innovation adoptée sur le toit d'un des immeubles tertiaires composant Smartseille, l'éclairage naturel Echy. Une technologie qui fait appel à un tracker captant les rayons solaires et les transmettant au cœur du bâtiment, via un réseau de fibres optiques.

actioncl