PAC, gaz, effet joule, bois sont autant de solutions pour chauffer l'habitat individuel. Mais avec l'arrivée de la RT 2012, la donne a été bouleversée et on ne peut plus vraiment faire ce que l'on veut en matière de chauffage. Si le bois a été la grande surprise de 2013, on peut s'attendre à un retour du gaz et de la PAC cette année. Que devient l'électricité avec la nouvelle réglementation ? Explications de François Turland du bureau d'études Bastide Bondoux.

Lors des Challenges 2014 de l'Union des Maisons Françaises, qui s'est déroulé l'an dernier à Lisbonne, trois bureaux d'études* ont présenté une étude inédite sur neuf mois, relative aux retours d'expérience en matière de chauffage en maisons individuelles depuis l'entrée en vigueur de la RT 2012 au 1er janvier 2013.

 

Le bois plébiscité en 2013, mais…
En moyenne, toutes zones climatiques confondues, la pompe à chaleur (35%) et le bois (35%) sont arrivés en tête des solutions choisies dans les habitations, suivis par le gaz (24%) et l'effet joule (5%). "Cette tendance de fond ne devrait pas être bouleversée en 2014", prédit François Turland, du bureau d'études Bastide Bondoux, l'un des auteurs de l'enquête et d'une autre plus récente, réalisée en février 2014. Ainsi, selon ses dernières données, la répartition se fait comme suit : PAC (41%), Gaz (22%), Effet joule (7%), Bois (30%). Et de préciser : "La remontée du Gaz et de la PAC se traduira sans doute dans nos études au 2e semestre 2014, au détriment des solutions bois."

 

La raison ? "Le bois a profité d'un effet d'aubaine en 2013, dans un marché tendu. Il faut reconnaître aussi que les solutions poêles à granulés notamment ont été plus compétitives, ce qui a incité les constructeurs de maisons individuelles à se tourner vers elles. Mais cela n'est pas sans conséquence compte tenu des risques d'inconfort dans certaines typologies de maisons. Je m'explique : un poêle à bois n'a pas la capacité de chauffer l'intégralité de la maison, et en particulier les pièces de nuit qui sont les plus éloignées du salon dans une configuration de plain-pied. Et pour éventuellement atteindre une température de confort dans celles-ci, il fera beaucoup trop chaud dans les pièces de vie. Du coup, pour limiter ce risque, nous préconisons d'installer un complément de chauffage dans les chambres (ex. panneaux rayonnants)".

 

La difficulté réside dans le fait que la RT 2012 autorise l'utilisation du bois pour se chauffer (jusqu'à 100 m2), mais il faut aussi respecter le code de la construction qui impose, de son côté, que les équipements de chauffage permettent de maintenir une température de 18°C au centre de chaque pièce.

 

… pourrait bien céder sa place en 2014
"Nombre de constructeurs de maisons individuelles ont eu quelques problèmes avec les poêles à bois et ont compris les risques engendrés. Voilà pourquoi, ils s'orientent désormais vers la PAC et le Gaz", souligne François Turland. Qui tient à rappeler que Bastide Bondoux vise une cible de Cmiste uniquement, ce qui crée une distorsion par rapport au marché diffus. "Le bois qui représente encore 30% des solutions aujourd'hui pourrait bien descendre à 20% d'ici à quelques mois", prédit l'expert.

Suite en page 2


*"Analyses, retours d'expérience : quels enseignements pour 2020 ?", par les BET Bastide Bondoux, AET Loriot et ETC. Etude basée sur tous les dossiers RT 2012 étudiés par les 3 bureaux d'études, du 1er janvier 2013 au 15 octobre 2013, sur les 8 zones climatiques de France.
actionclactionfp