Dans le cadre de l'enquête préliminaire sur l'attribution des marchés de la Nouvelle Route du Littoral, les gendarmes de la brigade financière, en charge des investigations ordonnées par le parquet national financier, ont procédé à une quinzaine de perquisitions ce jeudi 8 octobre à La Réunion. Précisions.

L'attribution de deux tranches de la construction de la route du littoral à la Réunion à des groupements du BTP n'en finit pas de faire des remous. Ce jeudi 8 octobre 2015, près d'une quinzaine de perquisitions ont eu lieu à La Réunion dans le cadre de l'enquête préliminaire sur l'attribution des marchés de la nouvelle route (NRL), un chantier titanesque attribué à Bouygues et Vinci. D'autres perquisitions ont été effectuées au siège du conseil régional à Saint-Denis (Réunion) ainsi qu'au siège du groupement constitué de Vinci et Bouygues sur la commune du Port.

 

En parallèle, à six heures du matin, les gendarmes de la brigade financière, à qui les investigations ont été confiées par le parquet national financier (PNF), ont notamment mené une perquisition au domicile du président (Les Républicains) du conseil régional Didier Robert, sur les hauteurs de Saint-Denis.

Soupçons sur le Conseil régional ?

Pour rappel, le parquet de Saint-Denis de la Réunion a ouvert en février 2015 une enquête préliminaire sur des soupçons de malversations. Elle faisait suite à une dénonciation anonyme et portait sur des soupçons de corruption remontant à 2013, lorsque les deux principales tranches du chantier de la nouvelle route du littoral ont été attribuées.

 

Bien qu'Eiffage TP - le grand perdant de l'appel d'offres- ait été définitivement débouté par le Conseil d'Etat au mois de mars 2014, pour avoir contesté l'attribution des marchés à ses deux principaux concurrents, le choix du Conseil régional de l'île fait toujours débat.

 

Interrogé par Batiactu ce jeudi 8 octobre, Bouygues Construction, qui "ne commente jamais" les enquêtes en cours, collabore en ce moment avec la Justice et lui réserve tous ses éléments".

 

De son côté, le groupe Vinci a confirmé à l'AFP que des perquisitions s'étaient déroulées dans les bureaux locaux de leur filiale ultramarine SBTPC. "Nos équipes se tiennent naturellement à la disposition de la justice", a-t-on ajouté chez le groupe de BTP. A suivre…

 

Le projet de la Nouvelle Route du Littoral à La Réunion
Rappelons que ce nouvel axe autoroutier comprend 2x3 voies sur un viaduc marin de 5 km (attribué à Vinci, Dodin, Bouygues et Demathieu Bard) se prolongeant sur une digue de 3 km (GTOI -Colas, filiale de Bouygues-, SBTPC et Vinci). L'ensemble du chantier devrait représenter un chantier de 1,6 milliard d'euros (dont 715 millions d'euros pour le viaduc, 480 millions d'euros pour la digue et 400 millions d'euros pour les chaussées).

 

 

 

actionclactionfp