Les architectes espagnols Garcès-De Seta- Bonet Arquitectes, et Serra -Vives- Cartagena Arquitectes confirment qu'il était nécessaire de "revoir la gestion des flux de circulation". "Jusqu'à présent, les mêmes voies étaient empruntées quotidiennement par les détenus, le public et les usagers du Palais de Justice avec les risques de sécurité que cela comporte, expliquent-ils. La réflexion devait nécessairement s'engager autour d'une redéfinition des flux intérieurs pour dissocier les circulations des différents utilisateurs du bâtiment. Le but : assurer la sécurité du public et des collaborateurs du Palais de Justice et offrir à ces derniers un cadre de travail plus confortable. Il a fallu également repenser le contraste architectural entre le bâtiment d'origine et la surélévation réalisée en 1978."
actioncl