Bonne nouvelle ! Les défaillances d'entreprises se rétractent de plus de 5% dans le bâtiment, notamment dans la construction de maisons individuelles, constate le dernier palmarès Altares. Plus globalement, la situation s'améliore nettement pour les TPE et les PME, tandis que les micro-entreprises restent à la peine.

Environ 10.000 entreprises de moins de trois salariés ont défailli au 2e trimestre 2016, soit un nombre quasi stable sur un an, note le dernier palmarès Altares publié ce jeudi 7 juillet 2016. "En revanche, la situation continue de s'améliorer pour les TPE de 3 à 9 salariés (-6%) et plus encore pour les PME d'au moins 10 salariés (-12%)", observe Thierry Millon, Directeur des études Altares.

 

En effet, les micro-entreprises n'ont pas encore réussi à trouver une activité suffisante et régulière pour stabiliser leurs besoins de financements, ajoute l'expert. Qui insiste sur les signaux au vert pour les TPE et PME, qui ont retrouvé des valeurs d'avant-crise. Conséquence directe de cette moindre vulnérabilité : une forte diminution du nombre d'emplois menacés par les défaillances. "Nous retombons à 47.000, sous les 48.700 du 2e trimestre 2008", se réjouit Thierry Millon.

 

Des chiffres qui traduisent parfois mal l'amélioration générale

 

En quelques chiffres, le 2e trimestre se conclut sur une baisse de 2.7% du nombre d'ouvertures de procédures collectives, avec 14.026 jugements prononcés. Le nombre de procédures de sauvegarde recule de 2.4%, à 328, les cessations de paiement régressent de 2.7%, à 13.698. Au total, plus de 25.000 emplois sont préservés au cours du 2e trimestre 2016, le chiffre tombant à 47.000 contre plus de 72.000 au T2 2009.

 

Dans le secteur de la construction, l'heure est au rétablissement. Les défaillances d'entreprises se rétractent ainsi de plus de 5% dans le bâtiment, notamment dans la construction de maisons individuelles (-8%) et la plupart des activités de second oeuvre. La maçonnerie générale et gros oeuvre du bâtiment est encore convalescente (-1%), ajoute Altares. Tandis que l'immobilier poursuit l'amélioration entamée depuis plusieurs trimestres, le nombre de procédures reculant de 15% dans les agences immobilières.

 

"Tout n'est pas réglé", Altares

 

"Le mouvement de baisse des défaillances d'entreprises amorcé timidement sur le second semestre 2015 se propage à l'ensemble de l'économie sur ce premier semestre 2016. La meilleure santé des entreprises se confirmait par ailleurs à la lecture de comportements de paiement, qui depuis l'été 2015, retrouvent une meilleure trajectoire. Tout n'est pas encore réglé. Les microentreprises peinent à stabiliser un carnet de commandes toujours volatile, mais la reprise se consolide", rassure Thierry Millon. Avant d'ajouter : "La question désormais n'est plus tant celle de conserver ses clients que de pouvoir financer la croissance pour en acquérir de nouveaux. En dépit d'un assouplissement de l'accès au crédit, les petites entreprises doivent encore souvent jongler avec les factures pour tenir une trésorerie instable. Le BFR défensif a laissé place au BFR de croissance, mais attention à ne pas le laisser filer ou les défauts de paiement pourraient à nouveau contraindre à la défaillance de nombreuses entreprises".
actionclactionfp