SOUTIEN. Un troisième plan bois a été signé par le secrétaire d'Etat à la Cohésion des territoires, France Bois Forêt et le Codifab, pour la période 2017-2020. Le but ? Accompagner la maîtrise d'ouvrage et mettre en avant les performances environnementales de ce matériau de construction. Détails.

En déplacement à Strasbourg, Julien Denormandie a été moins chahuté par la filière bois que par celle du logement social. Car le secrétaire d'Etat à la Cohésion des territoires était venu signer le 3e Plan Bois Construction à l'invitation du Comité Stratégique de Filière Bois et des différentes organisations professionnelles de la forêt. Ce troisième opus fait suite à deux autres initiatives lancées depuis 2009.

 

Le premier Plan avait été engagé afin de démontrer les performances des solutions bois et leurs capacités à répondre aux exigences techniques de la réglementation du bâtiment. L'Etat et les professionnels souhaitaient faire progresser la part du matériau dans la construction pour atteindre dès 2010 les 12,5 % de taux d'incorporation. Le second Plan (2014-2017) avait ensuite permis de positionner des solutions bois sur le marché de la réhabilitation/rénovation et sur celui de l'extension/surélévation. Il s'était également attaché à renforcer l'attractivité des métiers de la filière et les compétences de ses membres.

 

Le troisième Plan, signé ce jeudi 28 septembre 2017, est "résolument tourné vers l'accompagnement des besoins de la maîtrise d'ouvrage". Il est aussi destiné à accroître les connaissances des bureaux d'études, bureaux de contrôle et des assureurs. Julien Denormandie a déclaré : "C'est un nouveau cap. Le plan Bois 3 change d'échelle et massifie l'usage du bois dans la construction". Six mois de travaux auront été nécessaires aux organisations professionnelles et aux services du ministère pour parvenir à ce résultat. Le secrétaire d'Etat a d'ailleurs promis de prendre "les orientations législatives et réglementaires qui devront permettre de faciliter le recours au bois dans la construction". Et d'ajouter : "Le prochain projet de loi Logement constituera un vecteur législatif opportun".

 

Lever les freins culturels

 

Concrètement l'accompagnement à la maîtrise d'ouvrage se traduira par l'organisation d'un discours commun à toute la filière, et à destination des prescripteurs et donneurs d'ordres, ceci afin de bien cibler leurs attentes. Un retour d'expériences des opérations achevées devra donner confiance à ces interlocuteurs en mettant en évidence les spécificités du matériau à bien maîtriser lors de l'élaboration d'un programme de logement collectif ou de bâtiment tertiaire. Méthode et pédagogie seront les deux maîtres mots de cet axe. Le Plan ambitionne également de faciliter l'appropriation des référentiels techniques. L'objectif ne sera pas de lancer un programme de formation, ni d'amorcer des approches d'évaluation, mais de favoriser par sensibilisation une meilleure diffusion des acquis techniques de la filière.

 

Enfin, les performances environnementales des constructions bois seront mises en avant dans un troisième volet du plan. Le retour d'expérience pour les maîtres d'ouvrage sur les travaux, de modélisations énergétique et environnementale, "permettra de relever les besoins d'améliorations à l'accès et/ou de l'utilisation des données de composants bois". Un vadémécum rédigé par les commissions techniques d'Adivbois dans le cadre du plan Immeubles de Grande Hauteur Bois fera l'objet d'une attention particulière.

 

Il est prévu que le plan soit financé à parts égales entre l'Etat, le Codifab et France Bois Forêt, à hauteur de 400 k€ chacun pour les trois ans. L'ambition finale reste de positionner favorablement les solutions bois dans la perspective de la future réglementation environnementale du bâtiment.

 

Les chiffres du marché français en 2016 :
Le Commerce du Bois a révélé, ce vendredi 29 septembre 2017, quelques chiffres du marché français. Celui des panneaux de contreplaqués, par exemple, est en hausse avec 535.200 m3 vendus (+9,3 %). Les panneaux de feuillus proviennent principalement d'Europe de l'Ouest (264.117 m3) et de Chine (86.176 m3) tandis que les contreplaqués issus de résineux arrivent d'Europe de l'Ouest (42.015 m3) et d'Amérique (33.646 m3).
Pour les autres usages de résineux, les importations sont en baisse. Elles ne sont plus que de 2,18 millions de m3 (contre 3,6 millions de m3 il y a dix ans). L'origine du bois reste majoritairement située en Europe de l'Ouest (44,6 %) et Europe du Nord (33,4 %), loin devant l'Europe de l'Est (20,5 %). Les professionnels du secteur notent que la maison à ossature bois plafonne à 10 % de part de marché en France.
actionclactionfp