« Dans l'immobilier de bureau, la thermique repose essentiellement sur la capacité des façades à s'isoler en termes de chaleur et aussi de réguler la quantité d'énergie qui rentre à l'intérieur », rappelle l'architecte faisant valoir que cette régulation « passe par une bonne répartition entre le plein et le vide sur les façades de bureau ».

 

Consciente qu'en-dessous de 50% de surface vitrée par rapport à une surface de plein, le bâtiment perd en apport de lumière naturelle, l'agence d'architecte a donc travaillé à trouver « une péréquation entre proportion de vitrage, qualité de vitrage et la thermique générale du bâtiment ».

 

« Nous sommes partis sur l'idée d'avoir une fenêtre bandeau, qui représente 50 % de la surface de la façade et qui nous permet quel que soit l'heure de la journée d'avoir un éclairage optimal et qui va le plus loin possible à l'intérieur des plateaux », décrit l'architecte. Ce sont donc des grands plateaux très lumineux qui ont été proposés afin de garantir un maximum de luminosité pour tous mais aussi de réduire les consommations d'énergie sur les postes éclairages.
actioncl