Xavier du Boÿs est fier que son groupe franchisse la barre symbolique du demi-milliard d'euros en 2016 et souhaite s'attaquer maintenant à la marche suivante. Le p-dg de Kiloutou dévoile le bilan de l'année écoulée et les développements attendus pour 2017, en compagnie de son directeur général, Olivier Colleau.

C'était un objectif de 2016 et il a été largement dépassé : le loueur de matériels Kiloutou a bien "franchi la barre symbolique du demi-milliard d'euros", ce dont le président-directeur général, Xavier du Boÿs, est "assez fier". Après des années 2013-2015 de relative stagnation, le groupe reprend sa marche en avant, avec un chiffre d'affaires de 532 M€ (+15 %) : pas question de se reposer sur ses lauriers, il souhaite déjà s'attaquer au cap symbolique suivant.

 

Le p-dg résume les faits marquants de l'année passée : nouvelle identité visuelle, vague d'investissement massive de remplacement des matériels, entrée sur le marché spécialisé de l'énergie et stratégie RSE… "Nous avons investi 145 M€ pour 4.000 nouveaux gros matériels, afin de rajeunir le parc machine est améliorer la satisfaction de clients", dévoile Xavier du Boÿs. "Puis nous avons fait notre entrée sur le marché de l'énergie avec des groupes électrogènes et des pompes, en rachetant la Compagnie Atlantique de Location, une société qui possède une expertise de haut-niveau", poursuit-il. Un apport de cinq agences, quarante "équipiers" et 7,5 M€ de chiffre d'affaires pour Kiloutou. A l'international, le groupe a également mis le pied sur un nouveau territoire pour lui : l'Allemagne, grâce à une autre acquisition, celle de Starlift, spécialiste de l'élévation, qui emploie 54 personnes, possède un parc de 750 machines et génère un CA de 13,5 M€. En Espagne, le groupe français a également repris une autre société, Alvecon, implantée en Navarre et au Pays Basque. "Ce sont trois agences qui s'ajoutent à celles que nous avons à Madrid ou Barcelone. Et ce sont encore 41 personnes qui nous rejoignent, pour un chiffre d'affaires de 5 M€. Nous y allons progressivement, sur un marché encore morcelé", précise le p-dg. Enfin, dernier marché étranger, la Pologne, où Kiloutou est arrivé en 2014. "Nous nous sommes employés à consolider notre position, avec 32 agences et 213 personnes sur place, pour 16 M€ de chiffre d'affaires. Mais c'est un marché en décroissance, avec une conjoncture économique difficile à cause de décisions politiques", analyse le dirigeant. Du côté de sa politique RSE, l'entreprise s'apprête à publier son 3e rapport et un second bilan carbone de son activité. "Nous sommes très avancés en matière de développement durable", confirme le président-directeur général qui évoque des actions concrètes de formation à l'éco-conduite ou à la sécurité avec deux agences certifiées MASE et une certifiée CACES.

 

Poursuivre la croissance interne et externe

 

Pour 2017, c'est Olivier Colleau, le directeur général France du groupe, qui révèle les grands chantiers : "Poursuivre les investissements dans le matériel, avec cette année 110 M€ pour acquérir 2.500 nouvelles machines, dont certaines nouveautés. Le but sera encore d'améliorer l'expérience client, tant au niveau du conseil que de la réactivité de notre centre de relation clientèle, mise en place en interne voilà 18 mois et qui monte en puissance". Il enchaîne : "Nous allons adopter de nouveaux process simplifiés et développer de nouveaux usages, comme l'assistance technique avec l'intervention d'un technicien en cas de panne". Afin de poursuivre sa croissance en France et à l'étranger, l'entreprise compte s'appuyer sur la reprise observée dans le BTP : "Nous sommes armés pour en profiter", assure-t-il. Kiloutou entend poursuivre le développement de ses agences spécialisées (Energie, Construction modulaire) et se dit prêt à d'éventuelles acquisitions d'acteurs de marchés de niche ou même de généralistes, afin de conforter son rang de numéro 2 français et de numéro 4 européen. Xavier du Boÿs confirme qu'une opération d'acquisition est espérée sur un nouveau marché pour 2017. "A l'étranger, nous allons poursuivre la prise en main d'Alvecon et poursuivre notre politique de croissance interne et externe en Espagne, ainsi qu'en Allemagne, avec plus de stock et l'ouverture de nouvelles agences", révèle le directeur général. Du côté de la responsabilité sociétale de l'entreprise, Olivier Colleau annonce que le loueur cherche à réduire la consommation de ses bâtiments en engageant "le traitement des dix agences les plus énergivores", tandis que pour la prévention, Kiloutou cherchera à adhérer à l'IPAF (sécurité des travaux en hauteurs). Quant à la formation initiale, la société annonce la troisième promotion de sa formation réalisée au lycée technologique d'Armentières (Nord).

 

De plus en plus de machines électriques

 

Le loueur a également fait un point sur les nouveaux enjeux des matériels, liés aux préoccupations environnementales, de santé/sécurité ou d'accroissement de la productivité. Valérie Marchand, directrice commerciale et marketing du groupe, dévoile quelques innovations : "Nous disposons désormais du premier parc de robots démolisseurs télécommandés, pour un loueur généraliste, avec plusieurs dizaines de machines Brokk, dont le modèle 400 de 5 tonnes qui a les mêmes capacités qu'une pelle mécanique de 20 tonnes mais qui fonctionnent entièrement à l'électricité, sans pollution". Une tendance qui vise à réduire les nuisances des chantiers urbains de rénovation ou de déconstruction. Kiloutou annonce également l'entrée en service de quatre chargeuses sur pneus à entraînement électrique, de dumpers électriques munis de bennes spéciales pour le béton, ou de pilonneuses sur batterie. "Sans émissions sonores et sans entretien, les moteurs électriques sont économiques en coûts d'exploitation", assure-t-elle. Plusieurs de ces machines ont été co-développées en partenariat avec les fabricants et les clients, afin d'obtenir les solutions les plus adéquates aux chantiers. De même, pour les services, le loueur annonce la mise en place d'une assurance inédite pour la casse, le vol et le vandalisme, couvrant les machines grâce à un contrat unique (y compris les camions bennes et camions nacelles), avec trois niveaux de franchise à 75, 250 et 500 €, selon la gravité de l'incident.

 

Xavier du Boÿs ajoute : "L'âge moyen de nos machines est inférieure à la moitié de leur durée de vie. Notre parc est donc jeune". L'entreprise s'est notamment séparée de 3.000 matériels en fin d'exploitation, qui ont transité par son centre de contrôle technique de Noyelles-Godault (Pas-de-Calais). Olivier Colleau, directeur général France conclut : "Les prix de la location ont baissé pendant 4 ou 5 ans mais ils vont remonter, car la demande sera plus forte avec la reprise de l'activité". Une aubaine pour Kiloutou qui annonce qu'il sera présent sur le salon Batimat, en novembre prochain.
actionclactionfp