Les derniers chiffres de la Fnaim et des réseaux immobiliers s'accordent à dire que la reprise est bel et bien là. Les ventes sont en hausse et les ménages se disent confiants. Détails.

Plus qu'une tendance, la reprise du marché de l'immobilier se confirme vraiment. Selon les chiffres de la Fnaim, publiés ce mercredi, le nombre de transactions, sur une année glissante, se rapproche du record de mai 2006 (837.000). Il pourrait même atteindre 840.000 ventes à fin juin (+17,3% par rapport à juin 2015, soit 124 000 transactions de plus). Dans le détail, les réseaux d'agences enregistrent tous une hausse du nombre de ventes sur cette même période : Century 21 (+14,4%), Guy Hoquet (9,2%) et Orpi (+7,6%).

 

La Fnaim constate également une forte progression dans toutes les régions et souligne que la hausse annuelle des ventes s'échelonne de +12,9% en Corse jusqu'à +18,5% en Bretagne et région PACA. Et "cette vigueur du marché profite autant au segment des maisons qu'à celui des appartements", constate Laurent Vimont, président de Century 21.

 

La tendance est identique pour le marché du neuf, les promoteurs enregistrant un redressement du volume des ventes de 15,2% au premier trimestre 2015 par rapport à l'année dernière. La Fnaim annonce également une hausse significative de 18,8% des mises en vente.

 

Des prix stables

 

Dans l'ensemble, les acteurs du marché observent une quasi stabilité des prix au premier trimestre 2016. La Fnaim explique qu'ils ont "certes augmenté au 2e trimestre (+1,7%) mais ont baissé sur un an de 1,1%". Au premier trimestre, Century 21 enregistre une très légère hausse (+0,6%) en un an, alors qu'Orpi constate une baisse de 0,3%.

 

Le réseau Century 21 révèle que le montant moyen d'une acquisition est en hausse (+1,8% sur un an) et se situe à 202.679 € au premier semestre 2016, alors qu'Orpi constate un prix de vente moyen de 186.000 € pour cette même période. La surface augmente également de 1,6 m² pour atteindre 84,7 m² au premier semestre 2016 (112,5 m² pour une maison en moyenne et 59,1 m² pour un appartement). "A l'exception du 2nd semestre 2015, jamais une telle superficie moyenne n'avait été atteinte en France", note le président de Century 21.

 

Des Français confiants et des conditions de crédits favorables


Autre bonne nouvelle pour les professionnels de l'immobilier, celle de la confiance des ménages en progression de 5 points en un an. Désormais, 7 Français sur 10 estiment que la période est propice à l'achat immobilier et sont 43% à penser que les prix resteront stables ou baisseront dans les 6 mois qui viennent. 74% d'entre eux jugent que la situation économique est favorable aux primo-accédants. Et 83% sont conscients que les taux de crédit sont particulièrement attractifs.

 

Pour l'ensemble des acteurs de l'immobilier, les taux de crédit particulièrement favorables incitent un plus grand nombre de personnes à réaliser leur projet, "voire à y consacrer des sommes plus conséquentes", observe Bernard Cadeau, président du réseau Orpi. Ce dernier estime que "la tendance actuelle va […] se pérenniser pour le reste de l'année" tablant sur la poursuite de la politique des taux bas menée par la BCE. "Tant que les taux d'intérêt demeurent à ce niveau, le marché pourra espérer flirter avec les plus hauts niveaux d'activité observés en 2011", ajoute Laurent Vimont.

 

Succès inattendu du prêt à taux zéro (PTZ) dans l'ancien avec travaux
L'élargissement du Prêt à taux zéro (PTZ) dans l'immobilier ancien sous condition de travaux, accessible depuis le 1er janvier aux ménages qui deviennent propriétaires dans toute la France, rencontre un franc succès qui surprend les professionnels. "Ça marche vraiment. Lorsqu'elle a été annoncée, la mesure nous semblait réductrice, on ne pensait pas qu'elle aurait un tel succès", a déclaré mercredi Jean-François Buet le président de la Fnaim, lors d'une conférence de presse, rapporte l'AFP.

 

Cependant, le réseau Orpi estime que si ce dispositif "représente une opportunité pour les acquéreurs dans l'ancien", en revanche, la "quote-part de travaux devant représenter 25% de l'enveloppe d'acquisition" le "rend peu efficace et limite le nombre de projets éligibles aux conditions d'attribution".

 

Grâce à des conditions plus avantageuses depuis le 1er janvier, le PTZ devrait bénéficier à 120.000 ménages cette année, soit deux fois plus qu'en 2015, conformément à l'objectif du gouvernement. Environ 30.000 PTZ ont été distribués de janvier à mai 2016, contre 14.400 à la même période l'an dernier et compte tenu d'un effet saisonnier (beaucoup de prêts sont signés en fin d'année), les 120.000 PTZ devraient être atteints.

actionclactionfp