Le président de la République et les ministres de l'Environnement et de l'Economie se félicitent de l'émission par l'Agence France Trésor de la première obligation d'Etat verte, d'un montant de 7 milliards d'euros. Une somme qui financera la transition énergétique sur le long terme. Détails.

Tout le sommet de l'Etat est satisfait : François Hollande a salué l'émission, ce 24 janvier 2017, de la première obligation souveraine verte d'Etat. Ségolène Royal et Michel Sapin se sont, pour leur part, félicité de l'émission opérée par l'Agence France Trésor qui a permis à la France d'emprunter 7 milliards d'euros au cours de la transaction inaugurale. Il s'agit, selon les ministres, de "l'émission la plus importante en taille et la plus longue en maturité jamais observée sur le jeune marché des green bonds".

 

Une opération réussie et un fort engouement

 

Le président de la République précise : "Le produit de cette émission financera dès à présent et sur le long terme (22 ans) la lutte contre le changement climatique, l'adaptation au changement climatique, la protection de la biodiversité et la lutte contre la pollution". Plus techniques, ses ministres annoncent que la France continue à minimiser sa charge d'intérêt pour les années futures grâce à un taux à l'émission de 1,741 %, un niveau inférieur au taux moyen de l'encours de la dette qui était de 2 % au 31 décembre 2016 pour une maturité moyenne de 7 ans et demi. "En outre, la France démontre que financer la transition énergétique peut se faire sans surcoût puisque les conditions d'émission de cette OAT verte sont comparables en termes de prix à celles d'une OAT classique", annoncent les ministères de l'Environnement et de l'Economie.

 

La demande totale enregistrée a dépassé les 23 Mrds €, "un montant exceptionnel (…) [qui] émane d'une large variété d'investisseurs internationaux, européens et français, intéressés par les titres de dette française à long terme comme par les caractéristiques environnementales innovantes de cette obligation". Pour les ministres, une telle demande traduit la confiance dans la signature de la France et "la robustesse de ses engagements en faveur de la transition écologique". François Hollande conclut son communiqué en appelant "l'ensemble des entreprises, collectivités publiques et des autres Etats à rejoindre la démarche français afin d'intensifier la transition énergétique et les investissements pour le développement durable". L'Hexagone est devenu un acteur majeur des obligations vertes.

 

actionclactionfp