L'avenir est en marche : une société française propose un harnais de posture flexible qui soulage le corps lors de travaux pénibles. L'ergosquelette aide ainsi à lutter contre les troubles musculo-squelettiques (TMS). De nombreuses applications seront trouvées dans le monde du bâtiment. Entretien avec Pierre-André Foix, directeur associé de la société Gobio Robot.

Alors que l'exosquelette, cette armature robotisée qui décuple les capacités physiques de son porteur, est en cours d'expérimentation sur des chantiers de travaux publics, une autre solution, passive et plus légère, pourrait faire son chemin chez les artisans du bâtiment. Surnommé "ergosquelette", ce harnais flexible aide à maintenir des postures particulières (penchée ou bras en l'air) et permet de lutter contre la pénibilité et les accidents du travail. Pierre-André Foix, directeur associé de Gobio Robot, nous explique : "Nous sommes régulièrement sollicités par les mutuelles et caisses d'assurance maladie dans le cadre de la prévention de la pénibilité et des TMS". Car ces travaux ont un impact sur la santé des ouvriers et génèrent des arrêts de travail qui pénalisent les entreprises et ont un coût pour la société. La solution ? Go&Move Laevo, un exosquelette passif et souple, qui s'enfile comme un harnais.

 

Ergosquelette
Schéma détaillé du harnais, de ses articulations intelligentes et points d'appui © Laevo - Gobio Robot

 

"L'ergosquelette est entièrement mécanique et élastique. Il fonctionne avec des ressorts et vérins, n'a pas besoin d'électricité, contrairement à l'exosquelette actif. On est plus proche de l'équipement de protection individuel", nous précise le spécialiste. Résultat : tous les efforts sont allégés, le corps est soulagé au niveau du dos ou des bras, grâce à un report de poids sur les cuisses, sans solliciter les lombaires. Le soutien dorsal est également sensé améliorer la prise de conscience de l'usager quant à ses postures. Le harnais, en matériaux composites, aluminium et nylon, s'avère être proche d'un baudrier et s'enfile en effet en quelques secondes. Léger (2,3 kg soit 15 fois moins qu'un exosquelette robotisé), il s'adapte à toutes les morphologies et s'adresse plus particulièrement aux artisans du second œuvre, carreleurs, plaquistes, peintres ou électriciens, qui ont des postures particulières parfaitement identifiées.

 

Plus efficace que les ceintures de force

 

"Le but est de ne pas en arriver aux orthèses et prothèses. L'ergosquelette est plus efficace que la ceinture de force", nous confie Pierre-André Foix. Il poursuit : "Il y a une phase d'adaptation car il y a un changement de perception des poids. Il faut donc y aller progressivement, mais cette adaptation est relativement rapide". Le manuel d'utilisation du Laevo annonce qu'il est possible d'utiliser le harnais pendant une heure d'affilée les premiers temps, mais que cette période peut être portée graduellement à huit heures par jour au maximum. Côté prix, le distributeur annonce 2.000 €, avec pour ambition de diminuer les coûts.

 

Le directeur associé de Gobio Robot dévoile : "Colas Centre-Ouest a mis en évaluation plusieurs ergosquelettes ces derniers mois, en Vendée. Culturellement, notre pays accepte moins ce genre d'innovation dans le bâtiment que dans l'industrie. Mais des technologies qui apparaissaient comme non applicables dans le BTP ont évolué rapidement, sous la pression des entreprises qui s'attaquent à la problématique des arrêts de travail". Afin de faire connaître la solution aux PME et artisans, l'entreprise exposera un prototype dédié au travail en hauteur sur le stand de la Capeb lors du salon Artibat, à Rennes, au mois d'octobre prochain. Gobio Robot est également à la recherche d'un réseau de distribution, idéalement dans le domaine des équipements de protection, ainsi que des partenaires pour une production en série, le Laevo étant pour l'heure fabriqué aux Pays-Bas. Pierre-André Foix conclut : "L'idée serait même de co-développer des systèmes polyvalents avec plusieurs fonctions à la fois harnais et ceinture porte outils". L'avenir est en marche, et il n'a plus mal au dos.

 

actionclactionfp