Pour le label "Effinergie+", il a été demandé pour plus de 1.000 opérations résidentielles (soit plus de 46.600 logements y compris 2.200 maisons) et plus de 2 millions de mètres carrés de bureaux. L'Observatoire analyse : "Dans le secteur collectif, qui représente 95 % des logements en cours de certification, le nombre de dépôts de dossiers n'a cessé de croître chaque année, avec une accélération significative depuis 2015". Pour l'ensemble de l'année 2017, 18.000 nouvelles demandes pour des logements devraient être enregistrées ! Les immeubles se composent, en moyenne, de 60 appartements, et sont généralement situés en Île-de-France (71 %). Dans cette région, la moyenne de 2.600 logements Effinergie+ par million d'habitants est six fois supérieure à la moyenne nationale ! Du côté du logement groupé, il se concentre sur 144 opérations totalisant plus de 2.000 maisons. "Tous les ans, plus de 333 logements sont concernés par une demande de certification Effinergie+", relève le Tableau de bord. Des lotissements qui se concentrent en Nouvelle-Aquitaine et Île-de-France et se composent, en moyenne, de 14 logements. Concernant le diffus, ce sont 111 maisons individuelles, qui cherchent à obtenir ce label. La région Nouvelle-Aquitaine se distingue encore une fois, en raison de subventions régionales qui ont incité financièrement à construire de telles maisons. Enfin, pour le tertiaire, les 174 projets nationaux sont principalement franciliens (67 % des surfaces) et Auvergne-Rhône-Alpes (9 %). Dans plus de 80 % des cas, la maîtrise d'ouvrage est privée. Le secteur public se focalise lui, comme toujours, sur des bâtiments d'enseignement (16 opérations).

 

Le label historique "BBC-Effinergie" représente, bien entendu, le gros de la cohorte, avec plus de 682.000 logements répartis dans 66.600 opérations. S'y ajoutent 6,3 millions de mètres carrés de bureaux et immeubles de service, dans 1.000 opérations. Plus en détail, le collectif représente près de 575.000 logements (15.430 opérations) qui se concentrent en Île-de-France (30 % du total) et Auvergne-Rhône-Alpes (14 %). "On constate que la dynamique de la construction de logements collectifs BBC-Effinergie peut varier de 14.570 à 4.000 logements par million d'habitants suivant les régions de France", fait valoir l'étude. Pour l'individuel groupé, ce sont 5.580 opérations totalisant 62.630 logements qui ont fait une demande, tandis que dans le diffus, le chiffre atteint les 45.000 maisons. "Les régions Bretagne et Pays de la Loire sont les plus dynamiques (…) avec respectivement 2.500 et 1.960 logements à basse consommation par million d'habitants". A la fin du mois de septembre 2017, le taux de délivrance atteignait les 99 % dans l'individuel diffus et 82 % dans le groupé. Enfin pour le tertiaire, la région Île-de-France est encore une fois aux avant-postes avec 60 % des surfaces en cours de certification. Des bâtiments portés par la maîtrise d'ouvrage privée (82 % des surfaces) qui investit dans des bureaux plus quelques dizaines de projets hôteliers (11 %) et de commerces (6 %).

 

Ce panorama se clôture sur le label "BBC-Effinergie Rénovation" qui concerne principalement des bâtiments tertiaires, avec plus de 385 opérations totalisant 3,27 millions de mètres carrés en cours de réhabilitation. Des projets, comme toujours, situés en Île-de-France et sous maîtrise d'ouvrage privée. Mais cette certification concerne également près de 123.000 logements du collectif, plus 2.600 maisons individuelles. "Si la demande reste faible dans le secteur de la maison individuelle avec 280 à 300 logements par an, le volume de logements collectifs en cours de certification a fortement augmenté en 2017", annonce l'Observatoire BBC. Les principaux programmes se situent en Île-de-France (44 % des logements) mais les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Grand-Est, Hauts de France et Normandie disposent de parcs importants. Typiquement, les immeubles rénovés comptent 72 logements, mais cette valeur évolue entre la Bretagne (40 logements) et l'Île-de-France (plus de 90 logements/opération).
actioncl