Afin de réunir et sécuriser en un même lieu ses archives, EDF a créé un nouveau centre implanté à Bure-Saudron (55). Ce bâtiment a su se fondre dans son environnement grâce à un jeu de pastilles en inox. Détails.

Le futur centre des archives EDF implanté à Bure-Saudron (55) a pour objectif de regrouper l'ensemble des archives industrielles du groupe en un lieu unique afin d'en faciliter la gestion. Jusqu'à présent, ces documents, recensés sous diverses formes (papier, microfilm...), étaient stockés dans plusieurs unités de l'entreprise et traités de façon différente. Il paraissait ainsi nécessaire à EDF de les centraliser pour en rationaliser et en optimiser la logistique : tri, indexation, gestion et mise à disposition.

 

Une architecture «vivante»
Pour satisfaire le cahier des charges, le maître d'ouvrage EDF a retenu le cabinet LAN Architecture. «Si un centre d'archives se doit d'être un édifice à forte inertie donc lourd, j'ai souhaité le rendre plus léger en portant une attention toute particulière à l'enveloppe du bâtiment», précise Umberto Napolitano, architecte en charge du projet.
Ainsi, son choix s'est porté vers l'inclusion de pastilles en acier chromé dans un bardage en béton autonettoyant, TX Arca® de Ciments Calcia, et de couleur terre, afin de se confondre dans le paysage. Ces pastilles, de forme ronde, de 7 cm de diamètre, sont directement enchâssées dans le béton teinté dans la masse, à l'aide d'une patte de scellement collée sur la face arrière, avant le coulage.
L'usage de ces pastilles en inox poli miroir associé à la solution TX Arca® renvoie donc l'image d'un bâtiment léger, «qui s'efface visuellement au cœur de la nature, en réfléchissant les champs et les merlons boisés environnants», explique l'architecte. Au fil de la journée, la façade offre un mouvement constant et ne cesse d'évoluer, au gré de la luminosité. Quant à l'agencement des pastilles, l'architecte évoque des plantes tombantes, «permettant ainsi au bâtiment de mimer son environnement».

63 panneaux pour une enveloppe miroir

Concernant les parements dans lesquels sont «ancrées» les pastilles, ils sont constitués d'éléments préfabriqués de 15,80 m de hauteur et de 2,30 m de largeur, réalisés en béton autonettoyant.
La solution retenue pour l'assemblage de la façade est celle d'un système de suspente, limitant le poids de chaque panneau à un maximum de 12 tonnes.
Compte tenu de cette contrainte et du gabarit hors norme des 63 éléments que comptent les façades, l'entreprise de préfabrication Jousselin (49) a fait le choix de panneaux de 8 cm d'épaisseur renforcés par des nervures en béton de 9,5 cm, permettant ainsi d'alléger les pièces. Chaque panneau affiche un poids de 11 tonnes.

 

Enfin, l'enveloppe du bâtiment présente également des performances thermiques élevées, grâce notamment aux matériaux utilisés et à la technique d'accroche du parement béton, limitant les ponts thermiques. L'addition de deux couches de béton (structure + parement) à l'isolation de 30 cm, favorise aussi une inertie optimale et limite les besoins de rafraîchissement en été.

 


Fiche technique
Maître d'ouvrage : EDF
Maître d'œuvre : LAN Architecture
Entreprise Générale : Eiffage Construction Vosges Meuse
Entreprise de préfabrication : S.A.S. Jousselin (49)
Coût : 10 millions d'euros
Volume Béton terre en TX Arca® : 190 m3
Durée du chantier : 17 mois
Livraison : automne 2010
Emplois créés : 16

 

actionclactionfp