INTERVIEW. Alors que s'ouvre ce mardi le Marché international des professionnels de l'immobilier, Mipim, à Cannes, du côté de Paris, le quartier de La Défense, continue de faire parler de lui. Hugues Parant, directeur général de l'Epadesa, nous décrypte la feuille de route qu'il s'est fixé d'ici à 2025.

Batiactu : Depuis votre prise de fonction à l'Etablissement public d'aménagement de la Défense Seine Arche (Epadesa), il y a trois ans, quel est aujourd'hui le périmètre de La Défense, comment évolue-t-il ?
Hugues Parant :
Le premier périmètre historique, ce sont les 160 hectares de la "plate-forme", qui représente aujourd'hui le premier plateau d'affaires d'Europe, avec ses 70 tours immeubles de grand hauteur (IGH) de cinq générations regroupant aujourd'hui 3,5 millions de m² d'activités tertiaires, autour du CNIT, des centres commerciaux, traversée par une esplanade piétonnière de 2 km.

 

Compte tenu des enjeux et des défis à relever dans la perspective de la métropole du Grand Paris, l'Opération d'Intérêt National (OIN) était l'an dernier à un moment décisif de sa mission et de ses actions. Pour conforter l'attractivité de l'Espace Défense Seine Arche, notre adoption en 2015 d'un plan ambitieux portant sur les 10 années à venir a eu pour objectif d'accroître encore le rayonnement du plateau d'affaires de Paris La Défense et de valoriser les exceptionnelles potentialités de Seine Arche.

 

Batiactu : Justement, quelles sont vos stratégies définies d'ici à 2025 pour le quartier d'affaires, l'un des plus importants en volumes de bureaux (hors centres-villes)?
Hugues Parant :
Par delà notre rôle de locomotive économique francilienne et hexagonale, l'opération d'aménagement, portant sur quelque 564 hectares de part et d'autre de la Grande Arche, sur les communes de Courbevoie, La Garenne-Colombes, Nanterre et Puteaux, a décidé d'opérer des transformations majeures qui contribueront à faire évoluer le modèle pour affirmer notre positionnement de référence dans la compétition internationale.

 

Notre premier travail a été de s'atteler avec l'équipe à monter un projet stratégique en faisant l'objet d'une consultation publique et fondé sur les quatre axes suivants : Moderniser le quartier d'affaires pour faire sortir Paris La Défense de la dalle historique du quartier d'affaires et l'ouvrir sur le territoire environnant ; Habiter l'Espace Défense Seine Arche pour développer une offre de logements à la hauteur de son dynamisme économique et rompre avec l'ère du monofonctionnel ; Engager la nécessaire 'révolution qualitative' pour faire de l'Espace Défense Seine Arche un lieu de toutes les modernités en procurant une réelle qualité de vie urbaine. Et enfin, quatrième et dernier objectif : contribuer au rayonnement de la métropole francilienne pour valoriser un des principaux moteurs économiques du Grand Paris.

 

Batiactu : Concrètement quels sont les projets d'aménagements emblématiques sur ce périmètre qui va s'étendre derrière l'Arche ?
Hugues Parant :
Tout d'abord, notre chantier numéro un concerne la rénovation de la dalle. Dès mon arrivée, l'Etablissement a incité à la rénovation de 40 % des bâtiments existants qui ont plus de 25 ans au cours de ces dernières années et a procédé à de nouvelles créations, chacune de nature exceptionnelle.

 

Nous avons entamé la phase II, qui va appuyer la Défense en aménageant de nouveaux espaces sur la commune de Nanterre. Un premier quartier est déjà né autour de Nanterre Préfecture et nous travaillons aujourd'hui sur la liaison avec La Défense ''historique'' autour de la nouvelle Arena 92 prévue en 2017 et l'aménagement des abords des deux cimetières, au-delà du boulevard circulaire.

 

Nous sommes en train d'y créer depuis 2015, le quartier dit des "Jardins de l'Arche" qui en 2017 se situera à la confluence de plusieurs quartiers : La Défense à l'Est, les Groues et le faubourg l'Arche au Nord, Le Croissant et Les Terrasses de Nanterre à l'Ouest. On y aménage actuellement un cheminement piétonnier et végétalisé de 600 mètres qui assurera la liaison entre la Grande Arche, l'Arena et la Jetée Chemetov.

 

Enfin, nous nous attelons également à l'aménagement du quartier Les Groues-La Folie avec notamment la création d'une nouvelle gare, Nanterre La Folie, qui accueillera 400.000 passagers par jour en 2020, avec le prolongement de la ligne Eole, en liaison directe avec la gare Saint-Lazare, et la jonction avec la ligne 15 du Grand Paris Express vers Roissy Charles-De-Gaulle en 2025. Grâce à nos aménagements, le développement des Groues permettra de faire naître un onzième quartier à Nanterre.

 

Aujourd'hui, le projet avance avec la signature de l'accord entre l'Etat et la Ville de Nanterre en juillet dernier pour l'aménagement du quartier, puis celle d'un protocole foncier signé entre nous et la SNCF en septembre 2015 portant sur la cession de 19 ha de fonciers publics pour le développement de logements.

 

"Nous souhaitons des projets plus mixtes et mieux intégrés dans le tissu urbain."

 

Batiactu : Jusqu'où va se prolonger la plate-forme historique ?
Hugues Parant :
La plate-forme historique va être cantonnée à son périmètre. Le sujet de construction d'une centaine de tours supplémentaires n'est plus aujourd'hui d'actualité.

 

Ce territoire a vocation à devenir le pôle majeur du Grand Paris avec une attractivité démultipliée pour les investisseurs, les entreprises, les chercheurs, les universitaires, les étudiants et toute une population qui doit se réconcilier avec La Défense.

 

Batiactu : Souhaitez-vous des programmes plus mixtes ?
Hugues Parant :
Nous souhaitons des projets plus mixtes et mieux intégrés dans le tissu urbain. Nous intégrons donc à nos cahiers des charges des lieux ouverts au public dans les rez-de-chaussée des tours, voire dans les étages. L'Epadesa a déjà entamé cette voie à travers la réalisation d'escaliers et d'ascenseurs qui relient la dalle de La Défense à la ville de Courbevoie. Le projet de la Rose de Cherbourg va aussi faciliter les déplacements entre La Défense et la Ville de Puteaux et du quartier Boieldieu à l'esplanade.

 

Autre exemple : le quartier dit des "Jardins de l'Arche" verra également la construction des 500 premiers logements à la Défense depuis trente ans. Skylight et One seront réalisés respectivement par Louis Paillard et Farshid Moussavi Architecture sans compter l'installation d'une grande école, l'IESEG et la réalisation d'une boutique hôtel Citizen M (Ndlr : conçue par RIADH Architecture.)

 

Enfin, je rappelle que l'Epadesa se déploie sur le territoire de Nanterre, l'une des communes d'Ile-de-France comptant le plus de logements sociaux.

 

Batiactu : Enfin, où en est-on de l'ouverture d'un campus nouvelle génération et d'une résidence étudiante que vous souhaitez raccrocher au pôle universitaire de Nanterre et à la nouvelle gare Nanterre Université ?
Hugues Parant :
Aux abords de l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense, un campus nouvelle génération et sa résidence étudiante ouvriront en 2017. La première pierre du projet du Campus Numérique porté par les sociétés Icade et Ynov, s'est tenue ces jours-ci. L'implantation du campus relève d'un choix stratégique de l'Epadesa. Il s'agit tout d'abord de renforcer le dynamisme du quartier Anatole France, situé en bordure de l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Par ailleurs, l'implantation du campus Ynov permettra de proposer une offre de formation aux métiers du numérique dans l'écosystème de La Défense.
actionclactionfp