Parler des femmes une fois par an, est-ce suffisant pour faire évoluer les mœurs ? A l'occasion de ce 8 mars, rappelons leur rôle, leur place et leur nombre dans le secteur de la construction.

La journée internationale des droits des Femmes, célébrée traditionnellement le 8 mars, est souvent l'occasion de constater les écarts, dans bien des domaines, avec les représentants de l'autre sexe.

 

Et dans le bâtiment, réputé pour être fortement masculin, les clichés ont la vie dure. Pourtant, chaque année, le nombre de femmes y oeuvrant est en augmentation, leur engagement va aussi en s'accroissant et leur motivation n'est pas en reste. Les organisations du secteur mettent ainsi en place, depuis plusieurs années, de vastes campagnes pour promouvoir leur place dans le bâtiment, et favoriser leur intégration.

 

La reprise d'entreprise, une opportunité pour les femmes ?

 

Les chiffres sont ainsi parlants. Dans le secteur de l'artisanat, l'effectif féminin salarié du bâtiment a bondi de 8% entre 2007 et 2013, passant de 133.998 à 144.271, selon les chiffres clés 2015 de la Capeb. Qui complète : 11.2% des salariés du bâtiment sont des femmes en 2013. On les retrouve encore en majorité dans les métiers administratifs : 79% d'ETAM (employés, techniciens et agents de maîtrise), 11% ingénieurs et assimilés cadres, 7% ouvriers d'exécution positions 1 et 2, 2% ouvriers professionnels et compagnons professionnels position 1, 1% compagnons professionnels position 2 et maîtres ouvriers ou chefs d'équipe positions 1 et 2.

 

Du côté de la Fédération française du bâtiment, c'est évidemment l'entrepreneuriat que l'on met en avant. Ainsi, une entreprise sur deux est dirigée ou co-dirigée par des femmes, tandis que 4% des indépendants et des dirigeants salariés de la construction sont des femmes. La FFB note également que d'ici à 10 ans, 30% des entreprises du bâtiment seront à reprendre, soit une réelle opportunité pour les futures dirigeantes.
actionclactionfp