"On ne s'en rend pas compte mais le bâtiment fait à peu près la volumétrie de Beaubourg ! C'est-à-dire 120 mètres de long sur 66 mètres de large et 31 mètres de haut", s'amuse Jean-Pierre Senges. Le monobloc a donc été évidé pour aérer l'ensemble et lui apporter de la fluidité. "Les deux façades dialoguent avec l'extérieur, au sud avec le périphérique et au nord vers le cœur du campus. D'où deux échelles et deux ambiances différentes, d'un côté la vitesse et l'échelle urbaine, et de l'autre une ambiance plus calme, avec des transports doux et des jardins", précise-t-il. Les traitements sont donc différenciés afin de faire oublier cette masse imposante. Les architectes ont opté pour des panneaux sandwich Alucobond de teintes froides et chaudes, selon l'implantation. "Deux teintes de noir et gris sur les façades périmétriques, et du jaune et de l'orangé dans les zones enclavées du parallélépipède", détaille le chef de projet. Dans ces espaces creusés au cœur du bloc, se nichent des patios et jardins, protégés de l'environnement automobile par des écrans acoustiques en verre de grandes dimensions (15 mètres de haut sur 27 mètres de long). Sur l'aspect extérieur du bâtiment, le responsable note : "Le revêtement de façade donne un effet miroir grâce à ces cassettes de métal gris. Et le noir devient bleuté grâce à des paillettes intégrées".

actioncl