VIDEO. Depuis sa construction en 1860, l'Opéra Garnier abrite un lac artificiel situé à une dizaine de mètres sous la scène. Batiactu s'est infiltré dans les sous-sols du bâtiment, en compagnie de Mathias Auclair, conservateur de la bibliothèque nationale de l'Opéra. Il nous explique l'importance de cet intriguant bassin.

 

C'est un espace souterrain à l'abri des regards. Loin des œuvres lyriques et de la luxueuse scène de l'Opéra. Au niveau du 5e sous-sol, seules des équipes de techniciens y pénètrent pour assurer la surveillance des installations. A quelques mètres sous leurs pieds se cache un mystérieux lac artificiel représentant un quart de la superficie totale. De rares informations ont circulé sur la fonction de ce bassin conçu par Charles Garnier en 1860. Lors de la construction des fondations du bâtiment, l'architecte ne s'attendait pas à découvrir un terrain humide et marécageux. Pour lutter contre les infiltrations d'eau, il a d'abord pensé à utiliser des pompes, sans réussite. Autre solution : un système de pilotis. Encore une fois, c'est un échec. L'ingénieur français a alors l'idée de bâtir une cuve en mortier, remplie d'eau et en forme de vasque, avec l'obligation d'être parfaitement imperméable. Le recours à l'eau assure une double fonction architecturale que nous explique Mathias Auclair, conservateur de la bibliothèque nationale de l'Opéra.
actionclactionfp