L'écoquartier "Les Portes du Pyla" du groupe Pichet, à la Teste-de-Buch (Gironde) est un ensemble de 450 logements répartis sur 12 hectares. Mais il présente une particularité pour alimenter sa géothermie : exploiter l'eau chaude issue d'une installation d'extraction pétrolière située à proximité. Une façon originale de réduire l'empreinte carbone.

C'est un projet qui se veut exemplaire environnementalement. "Les Portes du Pyla", situées sur la commune de la Teste-de-Buch sur le bassin d'Arcachon, respectent en effet 20 exigences environnementales et sociales : basé sur la préservation de l'existant, il vise à exploiter les espaces déjà urbanisés. Patrice Pichet, le président-directeur général du groupe éponyme, précise :"Ce projet a permis de reconvertir l'ancien site de l'hôpital Jean Hameau en un espace de vie parfaitement intégré à son milieu naturel, en respectant la topographie des lieux et l'identité locale". Ce sont près de 1.000 arbres remarquables qui ont été conservés et protégés pendant le chantier, tandis que d'autres espaces ont été re-végétalisés. Et pour pallier le déboisement d'un hectare, ce sont 13 hectares de forêt qui ont été plantés sur une autre parcelle de la commune.

 

Valoriser une chaleur fatale

 

Les 450 appartements, maisons et commerces de l'écoquartier récemment labellisé sont chauffés par une combinaison de chaleur d'origine géothermique (80 % des besoins) et de biogaz issu de la méthanisation (20 %). Mais cette solution présente ici une singularité : elle consiste en fait à réutiliser l'eau chaude (presque 60 °C) issue de l'extraction de pétrole d'un puits de l'entreprise Vermilion Energy. Ce dernier est le premier producteur d'hydrocarbures liquides de l'Hexagone, avec des puits implantés dans les bassins sédimentaires parisien et aquitain. Le groupe Pichet explique : "La récupération des eaux se fera en utilisant le corridor naturel existant via la 'noue' (un fossé qui recueille l'eau) présente à la jonction du site et du bas de la dune du Pyla, le terrain sablonneux favorisant une infiltration rapide". Un réseau de chaleur alimentera les bâtiments et maisons en chauffage et en eau chaude sanitaire. Le procédé, unique au monde selon les partenaires de l'opération (Pichet, Vermilion et Engie), se veut totalement respectueux de l'environnement. Il devrait permettre aux habitants de réduire de moitié leur facture d'énergie.

 

L'exploitation locale de Vermilion extrait environ 200 barils par jour, grâce à des forages qui plongent à des profondeurs supérieures à 3.300 mètres dans le sous-sol, déviés en diagonale vers la mer sur 1.600 mètres de distance. Il faut noter que l'eau chaude et le gaz issus du gisement landais réchauffent également trois serres qui abritent des plantations de tomates. L'or noir se donnerait presque des allures d'énergie verte.
actionclactionfp