PANORAMA. A l'occasion d'une soirée au Pavillon de l'Arsenal ce mardi 5 juillet, ont été remis les quinze premiers lauréats français du label BBCA, bâtiments bas carbone, en présence de la ministre du Logement et de l'Habitat Durable, Emmanuelle Cosse, et de nombreuses figures du secteur. Palmarès.

La construction bas carbone avance ! L'association pour le développement du bâtiment bas carbone BBCA, a remis ce mardi 5 juillet ses premiers labels*, certifiés par Cetivea pour les bureaux, Cerqual et Promotelec Services pour les logements. Huit bâtiments tertiaires et 7 bâtiments de logements collectifs, de 438 m2 à 17.384 m2 pour les premiers et de six logements à 5.231 lots pour les seconds ont été récompensés. Les pionniers du bas carbone sont ainsi divers, rassemblant petits et grands acteurs, et ont une écriture architecturale propre à chaque projet.

 

L'innovation au service de la planète


Le palmarès montre ainsi la plus "grande largeur de vue" qu'offre la construction bas carbone, selon l'architecte, membre de l'association BBCA, Denis Valode qui s'est exprimé lors de la soirée, le "chaînon clé" de l'effort environnemental que porte l'association. "Nous avons accompagné tous les labels mis en place, mais nous avions certains doutes, un sentiment que cela brisait parfois la conception." Ici, point de "solutions toutes-faites qui ne sont pas en faveur de l'architecture", poursuit l'architecte, les réflexions tournent autour des bonnes questions, avec l'usager en leur centre, sur l'espace, "choisir le bon matériau au bon endroit" ou conserver "l'importance de l'enjeu sensoriel". Pour son confrère Jean-Paul Viguier, qui érigera Hypérion à Bordeaux, la plus haute tour bois d'Europe culminant à 57 mètres, ces projets reflètent aussi une "attitude générale" indispensable aujourd'hui : "ces préoccupations sont essentielles, pour l'architecte, il lui faut assembler toutes ces idées (…) avant de construire, il faut concevoir".

 

Pour les constructeurs, la stratégie bas carbone est aussi l'occasion de s'interroger sur toute leur chaîne de production, comme en a témoigné également Bouygues Immobilier Île-de-France citant l'exemple de la mise en place d'une plateforme de "re-use" ou encore de chantiers livrés en véhicules électriques… Petites et grandes actions contribuant à diminuer les impacts carbones.

 

Architectes, constructeurs, bureaux d'études, mais aussi promoteurs, investisseurs et élus : tous ont témoigné au cours de la soirée de l'engagement de tous les acteurs de l'acte de construire. Guillaume Poitrinal, ancien président d'Unibail-Rodamco, président de Woodeum et membre de BBCA : "Ici, on parle d'innovation contre l'immobilisme, la planète est en jeu, contre la facilité qui nous avait fait pas mal pollué à l'époque, c'est ensemble que l'on changera les choses."

 

Le dialogue entre les différents acteurs d'un chantier est essentiel, ce label permet de l'amplifier.

 

La France en pointe

 

Et la ministre, Emmanuelle Cosse, de renchérir : "La France peut être leader sur ces questions au niveau européen et mondial, ce type d'initiative est essentiel car cela va développer la qualité de nos bâtiments et contribuer à l'émergence de la filière des éco-matériaux." Quelques jours après le lancement de la phase d'expérimentation du label énergie carbone, qui rassemble les exigences imposées par la loi de transition énergétique que sont la stratégie carbone en 2018 et l'énergie positive en 2020, la ministre a insisté sur la nécessité de "confronter ce que l'on veut au concret."

 

"Je suis la ministre du logement et de l'habitat durable, ce qui veut dire également que je suis la ministre du logement de qualité et à un prix abordable", Emmanuelle Cosse, le 5 juillet 2016.

 

Point de "concurrence", les initiatives sont concertées. "Le label que nous portons Ségolène Royal et moi-même, pose un socle commun d'exigences en concertation avec l'ensemble des associations qui auront les leurs, cela délimite un minimum et non un maximum (…) il faut la mise en place d'outils qui permettent de concevoir avec ambition." Une ambition qui ne s'arrête pas à la construction de bâtiments, mais qui touche aussi plus largement sur la conception de l'aménagement durable.

 

*Le label BBCA
Construction raisonnée, exploitation maîtrisée, stockage de carbone et économie circulaire sont les quatre critères du référentiel de ce nouveau label, dont les modalités ont été rédigées par un ensemble d'acteurs représentant les principaux intervenants de l'acte de construire. Retrouvez notre article pour en savoir plus

 


Retrouvez en images, dès la page suivante, les 15 projets retenus.
actionclactionfp