PARIS 2024. Porte de la Chapelle, au nord de Paris, le chantier de démolition de l'ancien bowling et d'un parking a démarré il y a dix mois. Le désamiantage terminé, place désormais à la déconstruction de la structure. D'ici à 2023, c'est un équipement omnisport, qui servira pour les Jeux olympiques et paralympiques de 2024, qui s'érigera à la place.

C'était l'un des derniers bowlings dans la capitale. Installé au rez-de-chaussée d'un bâtiment en béton armé de 6 niveaux, dont 5 correspondant à un parking, il a fermé ses portes il y a un peu plus d'un an. D'ici à l'été 2023, c'est une "arena", une salle omnisport de taille intermédiaire - 8.000 places en configuration basket -, qui sera construite à la place. Il sera notamment utilisé lors des Jeux olympiques et paralympiques de 2024. "Trois sports seront organisés ici, à quelques pas du village des athlètes : le badminton, le para-badminton, et le para-taekwondo", décrit Tony Estanguet, président du comité d'organisation des Jeux Paris 2024.

 

Attribution d'un marché global de performance en juin

 

Cet ouvrage "complexe et complet" aura vocation à "structurer le nord-est parisien", insiste Christophe Rosa, délégué général adjoint à la délégation générale aux Jeux olympiques et paralympiques de la ville de Paris. A quoi ressemblera-t-il ? Pour le moment, impossible d'en savoir davantage. Sa conception, sa réalisation, son entretien et sa maintenance technique font l'objet d'un marché global de performance, lancé il y a environ un an. Trois candidats sont encore en lice dans la phase de négociations actuellement en cours.

 

Estimé autour de 90M€ HT (valeur 2016), ce contrat court sur 13 ans, 3 ans pour la conception/réalisation, 10 pour l'exploitation technique. Le groupement lauréat doit être désigné en juin. Christophe Rosa espère ensuite que le permis de construire pourra être déposé en septembre, afin que les travaux débutent au premier trimestre 2021. Livraison prévue avant l'été 2023.

 

Une étape clé dans la préparation des emprises

 

Mais avant cela, pour préparer les emprises de l'arena, il faut démolir l'existant. Le chantier, mené par Premys (groupe Colas), a débuté en mars 2019. Il a franchi ce 10 mars 2020 une étape importante, en présence notamment de la maire de Paris, Anne Hidalgo, et de Tony Estanguet.

 

Découvrez les différentes étapes de ce projet en images.

actionclactionfp