EN CHIFFRES. La hausse des prix et des taux d'intérêt, ainsi que la chute de la construction neuve, n'ont pas eu raison des effectifs des petites et moyennes entreprises de la construction et de l'immobilier. Certaines professions et activités souffrent cependant plus que d'autres.


Malgré la crise du logement, le taux d'emploi a été plutôt préservé dans les TPME de la construction et de l'immobilier. La hausse du prix des matières premières, couplée à celle des taux d'intérêt et à la chute de la construction neuve, n'ont pas amené les petites et moyennes entreprises de ces deux secteurs à tailler dans leurs effectifs.

 

 

Au mois d'avril 2024 et sur un an, les faillites d'entreprises ont certes bondi de 36,9% dans le bâtiment et les travaux publics, et de 41,4% dans les activités immobilières, selon la Banque de France. Mais la situation est bien moins catastrophique sur le front de l'emploi.
Il vous reste 79% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp