Le commissaire-enquêteur chargé de l'enquête publique concernant le projet d'extension du site de Roland-Garros a rendu un avis favorable au projet. Le court des Serres d'Auteuil contesté par les opposants au projet pourrait ainsi sortir de terre au mieux en 2019.

1.165 courriers et observations du public : à la lecture de ces nombreux documents, Marie-Claire Eustache, commissaire-enquêteur chargée de l'enquête publique sur le projet d'extension de Roland-Garros sur les serres d'Auteuil, a rendu un avis favorable mercredi 13 novembre.

 

Dans son avis, publié sur le site internet de la Ville, elle s'attache particulièrement à lever les inquiétudes des associations concernant la destruction d'une partie des serres du jardin d'Auteuil pour construire un nouveau court semi-enterré de 5.000 places.

 

"Le court des serres n'impacte pas l'ordonnancement du jardin à la française des serres historiques inscrites de Formigé", et les "serres chaudes et techniques" qu'il viendra remplacer n'avaient qu'une "fonction de support" par rapport aux serres principales, souligne le commissaire-enquêteur.

 

Et d'ajouter : "En réalité, ce nouveau court, de par sa conception même, participera pleinement au projet de renouveau du jardin botanique entrepris par la Ville de Paris."

Complexité technique et juridique

Marie-Claire Eustache souhaite également démontrer les nombreux inconvénients de la solution alternative à cette destruction des serres proposée par les associations, à savoir la couverture partielle de l'autoroute A13. Par ailleurs, elle souligne sa complexité technique et juridique, ainsi que son coût et la longueur de la procédure. Elle juge aussi que cette solution n'est "pas (...) appropriée aux enjeux liés à la modernisation du stade de Roland Garros".

Comparaisons avec Wimbledon et l'US Open

Autre critique exprimée par les détracteurs du projet : il ne permettrait finalement qu'une extension réduite du site, en le faisant passer de 8,6 hectares à 11,16 hectares (périmètre pendant le tournoi) soit beaucoup moins que Wimbledon (Angleterre) (17,7), l'US Open à New York (18,8) et surtout l'Open d'Australie (20 hectares).

 

A ce sujet, le commissaire enquêteur estime que "Wimbledon (...) présente (...) des surfaces très proches, si l'on soustrait les zones d'entraînement et de stationnement attenants au site que n'intègre pas le stade parisien en son sein".

 

Avant de conclure : "Les inquiétudes concernant le déménagement des collections botaniques des serres d'Auteuil sont infondées, et les impacts du projet, à la fois au niveau du chantier et en période tournoi sont maîtrisés".

 

"L'exécutif municipal se réjouit de ces avis favorables; une excellente nouvelle qui va permettre de poursuivre l'instruction des demandes de permis de construire (...) tout en préservant le patrimoine historique des serres d'Auteuil", s'est félicitée la mairie de Paris dans un communiqué.

 

Au final, après de nombreuses années de polémique et de bagarre juridique avec les associations de défense de l'environnement qui contestent toujours l'extension du stade de Roland-Garros sur les serres d'Auteuil, les dirigeants de la Fédération française de Tennis et de Roland-Garros estiment que la rénovation pourrait s'achever au mieux en 2019. A suivre.

 

actionclactionfp