A l'occasion de l'assemblée générale des actionnaires, l'Agence France Locale (AFL), banque des collectivités locales, vient de proposer aux pouvoirs publics des mesures visant à optimiser le coût de l'emprunt des collectivités. Elle a aussi interpellé le Gouvernement sur le "tassement" des investissements publics. Précisions.

Ce 24 mai 2017, à l'occasion de la deuxième journée de l'assemblée générale des actionnaires de sa maison-mère, l'Agence France Locale (AFL), banque des collectivités locales, a tenu à proposer aux pouvoirs publics des mesures pour optimiser le coût de l'emprunt des collectivités. Des suggestions faites en présence d'élus locaux et des professionnels des finances publiques.

 

Vers la maîtrise des dépenses de fonctionnement

 

"La maîtrise des dépenses de fonctionnement et l'optimisation des ressources de financement sont des objectifs que l'AFL partagent avec ses 180 adhérents", a rappelé l'Agence France Locale, créée à la fin de l'année 2013. La proposition prioritaire est l'alignement, pour le secteur bancaire, de la pondération de solvabilité des collectivités locales sur celle de l'Etat français. "Un alignement dont seuls les assureurs bénéficient aujourd'hui", note l'AFL. Une autre proposition, à l'ordre du jour du prochain Conseil d'administration de l'AFL qui se tiendra fin juin à la suite de son renouvellement, portera sur la question de l'éventuel élargissement du périmètre d'intervention de l'Agence France Locale. Des propositions partagées par Philippe Laurent, maire de Sceaux (Hauts-de-Seine) et secrétaire général de l'Association des maires de France.

 

"Le tassement des investissements publics locaux à un niveau équivalent à celui de 1999"

 

Les membres du groupe Agence France Locale - régions, départements, EPCI, communes- ont aussi interpellé le Gouvernement sur le "tassement des investissements publics locaux à un niveau équivalent à celui de 1999". Ils ont ensuite débattu des conséquences sur ce niveau du programme du nouveau Gouvernement Philippe. "Trois questions à 10 milliards d'euros chacune ont été ouvertes : quelle distorsion du lien avec les contribuables locaux découlera de l'allègement de la taxe d'habitation, comment ne pas dégrader le service public en faisant 10 milliards d'euros d'économie de fonctionnement supplémentaires, quels investissements seront soutenus par l'enveloppe annoncée de 10 milliards d'euros et comment leur pertinence sera-t-elle évaluée ?",souligne l'AFL.

actionclactionfp