La société RES a inauguré le parc solaire Lé Camazou, sur le site d'une ancienne mine d'or. D'une puissance de 12 MWc, elle s'inscrit dans le cadre d'un développement des énergies renouvelables locales, aux côtés de projets éoliens et biomasse. Détails.

La transition énergétique n'est pas un vain mot dans la communauté de communes du Haut-Cabardès (Aude) : elle vient d'inaugurer la centrale solaire au sol "Lé Camazou", d'une puissance de 12 MWc à proximité de l'ancienne mine d'or de Salsigne, fermée en 2004. C'est le groupe anglais RES a qui a été confiée la tâche de construire cette ferme photovoltaïque d'une superficie d'environ 20 hectares sur des friches de landes buissonnantes. Sa production, d'environ 14 millions de kWh par an, pourra couvrir la consommation de 7.000 habitants, soit… trois fois la population de la communauté de communes. D'autant que l'intercommunalité possède déjà plusieurs autres installations d'énergies renouvelables : dans une démarche entamée voilà 10 ans, elle a vu l'implantation de la centrale solaire de Puits Castan (5 MWc) construite par RES en 2010, d'éoliennes à Pradelles et Cabrespines, et d'une unité biomasse à Villanières !

 

La nouvelle ferme photovoltaïque a fait l'objet d'une attention particulière pour son intégration environnementale, avec un positionnement en retrait de la route, derrière une haie végétale. Le site a subi un débroussaillement sélectif avec le maintien des essences les moins susceptibles de propager un incendie. RES explique : "Ce projet solaire doit être perçu comme une occasion de lier et valoriser les différentes entités existantes (ancienne mine d'or de Salsigne, centrale photovoltaïque de Puits Castan, plateforme bois énergie…) et de confirmer la volonté locale de participer à l'effort régional de production d'énergie propre, dans un objectif de développement harmonieux et durable du territoire".

 

RES investit la région de la Montagne Noire

 

Il faut noter que la société RES a choisi d'équiper la centrale au sol de panneaux munis de 46.000 modules poly-cristallins de 260 Wc de puissance, produits par l'entreprise française Sillia VL. Elle souligne que le délai du chantier a été très court (quatre mois), "grâce à une météo favorable, une bonne préparation en phase ingénierie du chantier et une excellente coordination avec les partenaires industriels". Au total, 37 entreprises ont participé à cette construction, soit environ 150 personnes, dont les deux-tiers d'entreprises locales ou régionales. L'énergéticien anglais est un habitué des lieux puisqu'il exploite 84 MW de puissance électrique combinée (éolien et photovoltaïque) dans la région de la Montagne Noire. Un chiffre qui sera bientôt multiplié par 1,5 avec l'entrée en service du futur parc éolien de Sambrès (52 MW) sur les communes de Roquefère, Mas Cabardès et Labastide-Esparbairenque.

actionclactionfp