Un an après son installation officielle, le Comité stratégique de la filière bois (CSF Bois) a dressé ce lundi à Bercy son premier bilan à travers le déploiement du Fonds Bois II en faveur des entreprises de la filière, le lancement du plan "Industries du bois" et de la mission "Recherche et Innovation 2025 ". Le Gouvernement reconduira aussi Dynamic Bois avec un nouvel appel à manifestation d'intérêt en 2016.

Un an après l'installation du Comité stratégique de la filière bois (CSF), les trois ministres Stéphane Le Foll (Agriculture), Emmanuel Macron, (Economie) et Emmanuelle Cosse (Logement) réunis à Bercy, lundi 22 février, ont dressé son premier bilan.

 

L'occasion de rappeler la mise en place d'une veille économique mutualisée de la filière ; le déploiement du Fonds Bois II en faveur des entreprises de la filière ; le lancement opérationnel du plan "Industries du bois" visant à construire des immeubles de grande hauteur en bois; sans compter le déploiement du deuxième plan bois construction qui soutient la valorisation du bois dans la construction et la rénovation via l'innovation dans les systèmes constructifs. La thématique de la formation à travers le lancement récent de la mission "Recherche et Innovation 2025 filière forêt-bois", visant à identifier les principaux projets stratégiques à dix ans et les financements innovants mobilisables associés dans le cadre du PIA 3 a été également longuement évoquée.

Nouveaux acteurs

Le Gouvernement s'est également engagé à reconduire Dynamic Bois avec un nouvel appel à manifestation d'intérêt en 2016. Rappelons que cet appel avait été conçu pour utiliser la ressource forestière de mauvaise qualité comme bois-énergie et la replanter par des espèces plus nobles. "Ce sont au total, 30 millions d'euros d'aides qui ont été accordés à 24 porteurs de projets lauréats", a rappelé le Comité stratégique de la filière bois.

 

L'Etat s'est également félicité de l'adhésion de la Fédération nationale du bois, France bois forêt, France bois régions et France bois industrie entreprises. L'ensemble des acteurs de la filière sont désormais membres du comité stratégique.

Quatre actions ciblées au ministère du Logement

A son tour, la nouvelle ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, a rappelé dans son discours que de nombreuses avancées réglementaires ont été obtenues depuis 2014 afin de lever les contraintes excessives et non justifiées qui portaient sur l'usage du bois.

 

"Nous avons assoupli les analyses en matière de réglementation incendie, supprimé l'interdiction du bois en façade, mis en place des bonus de constructibilité pour les bâtiments à haute performance environnementale", a-t-elle précisé.

 

Avant d'annoncer que le "dernier chantier majeur à conduire en 2016 concerne les échéanciers de paiements en matière de préfabrication qui pénalisent les entreprises de préfabrication en les obligeant à avoir une trésorerie plus importante que les entreprises de maçonneries traditionnelles."

 

La ministre compte ainsi installer dès le mois prochain, en lien avec le ministère de l'économie, un groupe de travail associant les professionnels, les services et ceux de Bercy, en vue d'étudier les possibilités de faire évoluer le calendrier des appels de fonds, dans le cas de préfabrication, lors de la construction de maisons individuelles ou en cas de vente en état futur d'achèvement.

Référentiel ambitieux d'ici au printemps 2015

Au sujet du lancement d'une nouvelle réglementation environnementale, Emmanuelle Cosse a signalé que "ses services mènent, en lien avec ceux de Ségolène Royal, une démarche partenariale pour établir un référentiel ambitieux d'ici le printemps."

 


"Nul doute que cette nouvelle réglementation, qui sera mise en oeuvre par anticipation grâce au décret sur les bâtiments exemplaires, permettra à court et à moyen terme de faire valoir l'avantage compétitif du bois en matière environnementale, et lui permettra ainsi de conquérir des parts de marché", a-t-elle insisté.

 

De plus, l'année 2016 doit aussi permettre d'accompagner fortement les projets novateurs qui ouvriront la voie à une généralisation des procédés de construction bois, a rappelé le ministère du Logement, en annonçant que ceux qui valorisent les ressources abondantes des feuillus des forêts françaises pourront bénéficier de financements allant jusqu'à 50.000 euros.

Stimuler la densification et les extensions en bois

Autre objectif : stimuler la densification et les extensions en bois. La ministre souhaite lancer au deuxième trimestre une réflexion associant le comité stratégique et l'ANAH sur le modèle économique des extensions de logements, notamment par surélévation des copropriétés en zone dense.

 

Enfin, le ministère du logement a mis en place courant 2015 un programme d'action pour la construction et la transition énergétique, doté de 30 millions d'euros, qui vise à développer des carnets de chantier et surtout des plateformes locales de formation aux gestes de la rénovation, a-t-il signalé. "Ces centres d'apprentissage doivent permettre de travailler sur de nouveaux procédés ou matériaux, a indiqué la ministre. Je crois fermement que ces métiers de la transition écologique sont autant de gisements d'emplois d'avenir, et je veillerai à ce que ce programme de formation se concentre notamment sur le bois et ses dérivés."

 

actionclactionfp