ADOPTION. La Commission européenne a adopté, ce mardi 2 juillet, la décision d'exécution relative à la liaison fluviale transfrontalière Seine-Escaut.

Lentement mais sûrement? Dans les tuyaux depuis les années 1990, le projet de canal Seine-Nord Europe, long de 107 kilomètres, semble peu à peu sortir de son statut de serpent de mer, acquis au rythme de déboires politiques et financiers. Dans un communiqué publié ce mardi 2 juillet, la ministre des Transports, Elisabeth Borne, a "salué" l'adoption, par la Commission européenne, de la décision d'exécution relative à la liaison fluviale transfrontalière Seine-Escaut, après son approbation par la France et les régions flamande et wallonne de Belgique. Le projet de canal Seine-Nord Europe constituera un maillon essentiel pour relier à grand gabarit le réseau de voies navigables du Nord de la France à l'Oise et, au-delà, à la Seine.

 

En début d'année, la société chargée de la réalisation du canal Seine-Nord Europe avait présenté le tracé précis du secteur 1 de ce projet, un secteur de 18,6 kilomètres entre Compiègne et Pont-l'Evèque, selon le Parisien du 10 janvier.

 

Environ six mois plus tôt, en juillet 2018, le Premier ministre Edouard Philippe avait confirmé la construction du canal Seine-Nord Europe, en précisant que la livraison de l'ouvrage était prévue pour 2027.

 

La liaison Seine-Escaut est financée par l'Europe à hauteur de 50% du montant des études et de 40% du montant des travaux, dans le cadre du Mécanisme pour l'interconnexion en Europe 2014-2020.

actionclactionfp