Le spécialiste autrichien de la brique, Wienerberger, a doublé son bénéfice net au troisième trimestre de l'année. Le groupe a été porté par de bons résultats en Europe de l'Est. En revanche, l'Europe occidentale marque un repli.

L'autrichien Wienerberger trouve un salut à l'Est. C'est grâce à de bonnes performances du secteur des matériaux de construction en Europe orientale (+43 %) que le numéro un mondial de la brique a pu augmenter son chiffre d'affaires et son bénéfice. Pour les neuf premiers mois de l'année 2014, les ventes s'établissent à presque 799 M€ contre 773,4 M€ en 2013. Les résultats positifs des trois derniers mois conduisent à dégager un bénéfice net de 57,5 M€, le double du montant de 2013 (25,4 M€). Sur l'ensemble des trois trimestres écoulés, le bénéfice net s'établit à 55,7 M€ alors qu'un an auparavant, le groupe accusait une perte nette de -5,6 M€.

 

Si le troisième trimestre a été satisfaisant dans le secteur des tuiles et tubes en Europe de l'Est, il n'en a pas été de même à l'Ouest, où l'activité s'est contractée de -3 %. L'Amérique du Nord, qui ne représente pas 10 % du chiffre d'affaires, a toutefois contribué à l'amélioration des résultats grâce à la reprise du marché de la construction des logements. Pour la fin de l'année, Wienerberger a confirmé ses objectifs, à savoir un retour à un bénéfice net, avec un résultat brut d'exploitation de 315 M€ (contre 266,5 M€ en 2013). L'an passé, l'entreprise autrichienne avait enregistré une perte nette de 7,8 M€.
actionclactionfp