Xavier Huillard, p-dg du groupe Vinci, a indiqué lors de ses voeux à la presse le jeudi 12 janvier, que 2017 marquerait "le retour à la croissance", après une année tendue pour la construction. "Année passionnante" du fait des échéances à venir, selon ses dires, elle sera également celle de la mise en place d'une nouvelle structure à l'échelle du groupe, dédiée à l'innovation et la prospective.

Après une année 2016 "solide" pour le groupe Vinci, "qui prouve la résilience de [son] modèle, en mouvement permanent et souvent à l'offensive dans un contexte incertain et difficile, nous voyons des éléments de reprise (…) le point mort est derrière nous", se félicite Xavier Huillard, ce jeudi 12 janvier.

 

C'est au cœur de l'un de ses chantiers actuels les plus emblématiques, la réhabilitation de l'Abbaye de Penthémont à Paris, qui accueillera le futur siège d'Yves-Saint-Laurent et un hôtel Marriot 5 étoiles - à découvrir bientôt sur Batiactu - que le président du groupe Vinci a reçu l'ensemble de la presse pour ses vœux annuels. Un chantier gigantesque, mené notamment par sa filiale Degaine, alliant expertise sur des savoir-faire séculaires et techniques modernes, qui permet de rendre compte de la force du groupe dans toutes ces acceptions.

 

L'année 2016 devrait se terminer - les chiffres seront publiés début février - sur une stabilité de sa branche Energie, une très légère baisse d'activité "gérable" pour Eurovia - "le métier résiste plus que bien" pour Xavier Huillard - tandis que l'activité Concessions profite de la forte dynamique aéroportuaire. La reprise est attendue pour Vinci Construction, filiale pour laquelle "on sent que le plus difficile est derrière nous", a précisé le p-dg ajoutant que "Toutes divisions confondues, 2017 devrait marquer un retour à la croissance."

 

Le groupe est certes porté dans toutes ses activités par son développement international, mais Xavier Huillard voit aussi dans les échéances françaises à venir, politiques (présidentielles, législatives) ou de développement urbain, avec le Grand Paris, une année qui devrait être "passionnante" et "sans doute même, structurante." La montée en puissance du Grand Paris, dont les projets vont les occuper "pour les 15 ou 20 prochaines années", représente notamment "un défi technique et humain", citant l'exemple de la future gare réalisée par ses équipes sous le CNIT à La Défense.

 

L'humain est "l'actif principal du groupe Vinci" pour son p-dg, qui annonce une grande campagne "image employeur" en 2017 pour inciter les jeunes à rejoindre ses 100.000 collaborateurs pour répondre aux défis actuels.

 

"La reprise du BTP est alimenté par la reprise du logement et par les grands projets, comme ceux du Grand Paris, mais cela masque d'importantes disparités régionales", précise néanmoins Xavier Huillard, qui appelle également en cette année électorale, "à plus de décentralisation" dans notre pays : "Le modèle actuel ne fait pas assez confiance au terrain" pour le président de Vinci et ne profite pas assez de la dynamique engagée par l'utilisation des nouveaux outils du monde digital.

 

Open innovation et prospective

 

Pour Vinci, l'année 2017 sera enfin marquée par l'open-innovation et la prospective, avec la création d'un pôle de réflexion "innovation et prospective" au niveau groupe sur "la mobilité, la performance énergétique et le digital", qui regroupera également dans un même lieu sur Paris, son groupe de réflexion "La Fabrique de la Cité", sa "Fondation Vinci pour la Cité" et une pépinière de start-up : "Chacune des activités du groupe a ses propres démarches, mais nous avons besoin d'aborder aussi ces sujets de manière plus globale, notamment sur un certain nombre de grandes thématiques convergentes, comme les transitions digitale et énergétique."
actionclactionfp