RISQUES PROFESSIONNELS. EGF.BTP a créé un référentiel pour la formation des intérimaires à la prévention sur les chantiers, et lance une plateforme sur laquelle tous les salariés formés sont inscrits.

"Pour les salariés intérimaires, le taux de fréquence d'accidents du travail est au moins deux fois plus élevé que pour nos salariés en propre." C'est Max Roche, président du syndicat Entreprises générales de France (EGF.BTP), qui l'affirme. Et c'est pour cette raison que l'organisation a créé un référentiel de formation destiné à ce public, en collaboration avec l'OPPBTP. "La formation aux fondamentaux de la sécurité sur chantier - très pratique - dure deux jours", explique Max Roche. "A l'issue de ces deux jours, le salarié passe un examen et, en cas de réussite, se voit décerner un Passeport sécurité intérim (Pasi). Bien sûr, cela n'éxonère en rien les entreprises de leurs obligations réglementaires en matière de sécurité des intérimaires."

 

Plusieurs sociétés adhérentes d'EGF-BTP avaient déjà créé des centres pour former les intérimaires. L'idée a donc été d'élargir le champ de ces initiatives en proposant un dispositif ouvert à tous, basé sur vingt sites de formation spécialisés. Mais l'organisation est allée plus loin : lancer, le 15 octobre dernier, une plateforme permettant aux entreprises de savoir si un intérimaire a déjà passé la formation, et quand. Elle est ouverte à toute entreprises, et pas seulement réservée aux adhérents d'EGF.

 

Garder une traçabilité des formations sécurité des intérimaires

 

"Cette plateforme numérique permet d'avoir une traçabilité des formations passées par les intérimaires", détaille Max Roche. "Cela évitera ainsi à un intérimaire de suivre la même formation plusieurs fois." Pour le président d'EGF.BTP, cela a au moins deux avantages. "D'une part, cette démarche de prévention donne une bonne image du secteur au salarié. D'autre part, sa traçabilité permet à davantage d'entreprises de disposer de travailleurs intérimaires formés aux fondamentaux de la sécurité immédiatement employables." EGF.BTP fait valoir aux entreprises de travail temporaire que cet outil peut constituer un argument commercial, celui de fournir aux sociétés des salariés déjà formés. D'après EGF.BTP, près de 10.000 salariés sont déjà inscrits dans cette base.

 

Reste la question de savoir combien de temps cette formation est-elle valable. Au bout de quel nombre d'années le salarié doit-il effectuer un recyclage ? Un sujet qui reste, pour l'instant, ouvert. "Nous nous donnons quelques mois pour dresser un premier bilan de cette initiative du Pasi", explique Max Roche. "Pourquoi pas à l'occasion de la remise de nos trophées nationaux 'Prévention-Santé-Sécurité' en juin prochain lors de notre assemblée générale ? Il nous restera à trancher le sujet de la durée de validité de la formation. Nous devons trouver une solution équilibrée, qui convienne aux salariés qui travaillent dans notre secteur sur le long terme et à ceux qui y officient ponctuellement."
actionclactionfp