Depuis un an, le siège d'Airbus Group à Blagnac (Haute-Garonne) se chauffe et se rafraîchit grâce à des PAC géothermiques sur boucle d'eau tempérée. Les missions d'études, de conception et de suivi de réalisation ont été confiées à Burgeap (groupe Ginger). Anne Simon-Barquero, Energy Manager France pour l'avionneur, évoque les différents aspects dans un entretien publié sur le blog de la société d'ingénierie.

Le siège social d'Airbus Groupe, inauguré à Blagnac dans la banlieue de Toulouse en juin 2016, comprend deux bâtiments de 19.574 m² et 12.000 m², ainsi qu'un restaurant inter-entreprises de 4.400 m², le tout réparti sur un terrain de 5 hectares. Un site qui a posé un défi pour le chauffer et le rafraîchir de manière durable, comme l'explique Anne Simon-Barquero, Energy Manager France chez Airbus, qui répond à Ginger CEBTP : "Nous avons fait réaliser une étude de schéma directeur de l'ensemble du site et la géothermie est apparue comme une option intéressante, car elle répondait bien à nos besoins en chauffage et en rafraîchissement tout en garantissant un bon niveau de performance énergétique".

 

L'avionneur européen a donc fait appel à la société Burgeap pour les études de faisabilité technique puis celles de maîtrise d'œuvre. Lors de la première de ces deux phases, les ingénieurs ont réalisé des simulations thermiques dynamiques, afin de mieux cerner les besoins des bâtiments concernés. La responsable de l'Energie explique que, contrairement à ce qui se fait usuellement en termes de surdimensionnement des équipements par mesure de sécurité, tout a été dimensionné au plus juste. "Une stratégie plus risquée, mais payante au final", admet Anne Simon-Barquero.

 

Des performances au-delà des espérances

 

La solution choisie ? Une installation de pompes à chaleur (PAC) géothermiques décentralisées sur boucle d'eau tempérée et champ de 141 sondes verticales de 205 mètres de profondeur. Les 29 km de forages nécessaires ont été réalisés en une seule tranche de travaux, là encore un choix audacieux. Le système qui permet de mutualiser les besoins énergétiques entre les différents bâtiments développe une puissance de 2 MW de chauffage et 1 MW de climatisation. La technologie, mise au point par Burgeap a été baptisée Géo Smart City et a permis à Airbus d'obtenir une subvention de l'Ademe au titre de nouvelle technologie émergente puisqu'elle améliore le rendement des pompes à chaleur dans un contexte d'appels de puissance variables. L'Energy Manager ajoute : "Notre siège bénéficie d'une régulation énergétique sur mesure, conçue par les entreprises Mino et Waterkotte. Tous les scénarios, en fonction des saisons, ont été imaginés afin d'ajuster à tout moment la production d'énergie en fonction des besoins des bâtiments".

 

Un an après l'inauguration, Airbus semble satisfait de ses choix. Anne Simon-Barquero révèle : "En termes de rendement, les résultats sont largement au-dessus de tout ce qui était attendu - quasiment le double des chiffres établis à notre convention de financement avec l'Ademe". Il s'avère que le Scop annuel (coefficient de performance saisonnier pour le chauffage) est de 6,6 et que celui pour la climatisation (SEEr) est de 7,8. Des performances qui surprennent même la responsable énergie du groupe. Mais dans le bon sens.

 

Retrouvez l'intégralité de cet entretien sur le blog de Ginger "Over-View" en cliquant ici
actionclactionfp