La région Île-de-France, qui devait contribuer à hauteur de 210 M€ au projet de canal reliant la Seine au Nord de l'Europe, traîne à délibérer sur la question. Un blocage qui pourrait retarder le début des travaux, prévu pour le premier trimestre 2017.

Le canal Seine-Nord Europe, vaste projet d'infrastructure soutenu par l'Union européenne et l'Etat, pourrait être momentanément bloqué par la région Île-de-France. Alain Vidalies, le secrétaire d'Etat chargé des Transports, interrogé au Sénat sur la question, déclare : "Il y a une difficulté, (…) j'espère qu'elle ne sera que passagère, mais la région Île-de-France qui devait apporter 210 M€ n'a pas délibéré, et donc il y a une impasse financière". L'AFP, qui rapporte ces propos, a également interrogé la région elle-même, qui précise attendre les recettes dont elle bénéficiera dans le projet de loi de finances pour voter son budget. Et donc, le montant exact de sa participation au financement du canal.

 

Un milliard d'euros provenant des collectivités impliquées

 

Le secrétaire d'Etat estime pouvoir signer le protocole financier du projet le 29 novembre prochain, lors d'une réunion avec l'ensemble des collectivités locales. Et le Premier ministre, Emmanuel Valls, qui souhaite que les travaux démarrent au début de 2017, a réaffirmé, ce lundi 21 novembre : "Il est essentiel que chacune des collectivités confirme au plus vite son engagement aux côtés de l'Etat, afin que la société de projet puisse être créée d'ici à la fin de l'année. C'est la condition pour tenir le calendrier".

 

Le canal, dont la facture sera partagée entre l'Union européenne (1,8 Mrd €), l'Etat (1 Mrd €), les collectivités (1 Mrd € dont 302,6 M€ des Hauts-de-France, 200 M€ du département du Nord, 130 M€ du Pas-de-Calais, 100 M€ de l'Oise et 70 M€ de la Somme) et un emprunt (0,7 Mrd €) doit s'étirer sur 107 km entre Compiègne (Oise) et le canal Dunkerque-Escaut. Son entrée en service n'est pas attendue avant 2023.
actionclactionfp