ETUDE. Le secteur du bâtiment comprend de nombreux auto-entrepreneurs. Qui sont-ils ? Ce régime est-il ou non leur activité principale ? Quel âge ont-ils ? Sont-ils expérimentés, diplômés ? Réponses.

A quoi ressemble un auto-entrepreneur type ? C'est à cette question qu'une étude de l'Insee apporte des réponses. Pour commencer, l'organisme rappelle que ce régime a séduit, en 2014, la moitié des créateurs d'entreprises, avec 283.500 immatriculations. Mais, après le succès du régime en 2010 (58% des créations d'entreprises), la tendance est à la baisse. En 2015, les créations d'entreprises sous ce régime sont même tombées à 43%.

 

La construction, un secteur attractif mais...

 

L'étude de l'Insee révèle que les trois secteurs qui attirent le plus les auto-entrepreneurs sont la construction (13,1%), le commerce (20,4), les activités spécialisées, scientifiques et techniques (17,4%). Cependant, les chances de dégager un premier chiffre d'affaires varient selon les activités et ce n'est pas dans les secteurs les plus attractifs que les chances de faire un premier chiffres d'affaires sont les plus nombreuses. Alors que les activités dans l'action sociale ont un taux de démarrage de 77%, celles de la construction ont un taux de 58%.

 

En Province ou en Ile-de-France ?

 

Tous secteurs confondus, les auto-entrepreneurs ont plus de chances de débuter une activité en province (61%) qu'en région parisienne (55%). L'écart est même très marqué dans le secteur de la construction (7 à 8 points d'écart).

 

Activité principale ou complément de revenus ?

 

Selon l'étude, 54% d'auto-entrepreneurs, ayant débuté leur activité en 2014, en font leur activité principale. Ils sont notamment présents dans le bâtiment (16%). Plus de deux fois sur trois, lorsqu'un auto-entrepreneur devient actif dans la construction, c'est à titre d'activité principale, note l'organisme. Le pourcentage chute à 9% pour les activités en complément.

 

Quel âge a-t-il ?

 

En moyenne, en 2014, l'auto-entrepreneur a 38 ans à l'immatriculation et il est donc légèrement plus jeune que celui de 2010 et que le créateur d'entreprise individuelle classique (39 ans). Et, 59,2% des auto-entrepreneurs, immatriculés en 2014, ont moins de 39 ans. L'Insee note toutefois que plus, ils avancent en âge et plus ils ont de chance de démarrer une activité. En effet, ceux de 60 ans et plus, deviennent actifs l'année de leur inscription, contre 54% des moins de 30 ans. De même, "avoir de l'expérience dans le métier est un atout pour démarrer son activité et générer un revenu d'appoint", souligne l'organisme.

 

Où sont les femmes ?

 

Le taux de femmes auto-entrepreneurs dans le bâtiment est le plus bas de tous les secteurs confondus. Ainsi, elles représentent 2,2% des auto-entrepreneurs du secteur. Elles sont en revanche plus nombreuses à choisir de créer une entreprise individuelle classique même si la chiffre reste faible (5,5%).

 

Quel diplôme ? Quelle expérience ?

 

En 2014, les auto-entrepreneurs sont plus souvent des diplômés (29%) que ceux immatriculés en 2010 (24%). Dans le détail, les créateurs sans diplôme qualifiant représentent 19,1% des auto-entrepreneurs de 2014, ceux ayant un CAP, BEP sont 18,9%, un baccalauréat 20,6%, un diplôme de 1er cycle du supérieur 12,8% et un diplôme supérieur ou égal au 2e cycle, 28,6%. L'insee précise par ailleurs que les auto-entrepreneurs sans diplôme qualifiant exercent principalement dans les secteurs de la construction et du commerce. Et lorsqu'ils deviennent actifs, pour les deux tiers d'entre eux c'est leur activité principale.

 

Quelle est leur situation professionnelle ?

 

En 2014, les auto-entrepreneurs sont essentiellement des salariés du privé (38,3%) et des chômeurs (28%). En revanche, ceux qui en font leur activité principale sont les chômeurs (41,6%, contre 24,4% pour les salariés). Pour 51,6% des salariés cela représente une année de complément. Ce qui s'explique aisément, selon l'Insee, les uns cherchant à assurer leur propre emploi, les autres un simple complément de revenu. A noter aussi, que pour ceux qui se lancent dans ce régime en tant qu'activité principale, c'est un moyen de créer son propre emploi et d'ailleurs 54% estiment qu'ils n'auraient pas créé d'entreprise sans ce régime.

 

Quel investissement de départ ?

 

La moitié des auto-entrepreneurs immatriculés en 2014 n'ont rien investi pour démarrer leur activité. C'est 5 points de plus que ceux de 2010. Globalement, les sommes investies sont inférieures à celles de 2010. Cette tendance s'observe également chez les créateurs d'entreprises individuelles. Pourtant, l'étude révèle que ce sont les auto-entrepreneurs en activité principale qui engagent le plus de moyens financiers. Par exemple, ils sont 18,4% à investir plus de 4.000 euros, contre 7,3% de ceux exerçant une activité de complément.

 

L'auto-entrepreneur est-il connecté ?

 

Enfin, l'étude de l'Insee indique que peu d'auto-entrepreneurs utilisent pleinement les médias de communications numériques. 60% d'entre eux n'utiliseraient jamais les réseaux sociaux et n'auraient pas non plus de site internet. Et sans surprise, ce sont ceux dont c'est l'activité principale qui s'y mettent le plus (43%), contre 35% pour ceux dont c'est un complément. Plus surprenant, les créateurs d'entreprises individuelles sont 61% à être absents des réseaux sociaux et d'internet.
actionclactionfp