Les Etats-Unis ont leur Maison Blanche, la Grande Bretagne son "10 Downing Street", la France a son palais de l'Elysée. Symbole de la République, cet hôtel particulier construit en 1718 par le conte d'Evreux abrite depuis 1874 les chefs d'Etat français.

Lorsqu'en 1718, l'architecte Armand-Claude Mollet vendit un morceau de terrain situé sur des marais à Henri-Louis de la Tour d'Auvergne, comte d'Evreux, celui-ci était bien loin de s'imaginer quel destin connaîtrait ce morceau de ce qui n'était même pas la capitale.

Le contrat de vente prévoyait tout de même qu'Armand-Claude Mollet serait chargé d'y construire un hôtel, destiné à la résidence du comte d'Evreux.

A la demande du comte, l'architecte éleva l'hôtel entre cour (côté rue) et jardin (côté Champs Elysées), formant le point de départ du plan d'urbanisme du faubourg Saint-Honoré. Edifié et décoré entre 1718 et 1722, l'Hôtel fut aménagé selon les principes d'architecture en vogue à l'époque. Il reste d'ailleurs l'un des meilleurs exemples du modèle classique.

A sa mort en 1753, le comte d' Evreux laissera un hôtel admiré de tous ses contemporains, y compris de Blondel qui appréciait "la plus belle maison de plaisance des environs de Paris". Jeanne-Antoinette Poisson, marquise de Pompadour, soucieuse d'acquérir une demeure parisienne, l'acheta et Lassurance, son architecte favori, fut chargé de modifier l'ordonnance de la Chambre de Parade et d'aménager le premier étage.

La marquise légua la résidence à Louis XV qui le vendit au financier Nicolas Beaujon. Celui-ci modifia profondément la résidence. C'est notamment l'architecte Etienne-Louis Boullee qui fut chargé de ces transformations.

En 1787, la duchesse de Bourbon devient propriétaire du bâtiment qui devient l"Hôtel de Bourbon". Après la révolution, elle mit en location le rez-de-chaussée de l'hôtel et donna l'autorisation à son locataire, un négociant du nom d'Hovyn, d'organiser des bals populaires dans les salons et le jardin.

Le passage du public, de la cour vers les jardins, nécessita l'ouverture des deux arcades de part et d'autre de la porte du vestibule menant au Grand Salon. C'est à cette époque que l'hôtel prit son nom d' Elysée par référence à la promenade toute proche.

L'hôtel passe ensuite aux mains de Joaquim Murat, maréchal de France, confia la restauration des lieux et leur réaménagement à Barthélémy Vignon, futur auteur de la Madeleine, et Barthélémy Thibault. C'est à ces deux architectes que l'on doit la création du Grand Escalier, à gauche du Vestibule d'Honneur, et de la Galerie des Tableaux utilisée en salle de bal (actuel Salon Murat).
Nommé roi de Naples en 1808, Murat céda à l'Empereur l'ensemble de ses propriétés en France dont l'Elysée, qui prit le nom d'Elysée-Napoléon. Désormais son histoire sera liée à l'histoire de France.

Pendant le gouvernement provisoire de la IIème République, le Palais prendra le nom d'"Elysée National", et les jardins seront ouverts au public. Le 12 décembre 1848, l'Assemblée nationale assignait par décret l'"Elysée National" comme Résidence du Président de la République.

Le prince-président Louis-Napoléon s'y installa le 20 décembre 1848, avant de disposer du Palais des Tuileries en 1852. En 1853, l'Elysée accueillit Eugénie de Montijo, fiancée de l' Empereur et Napoléon III décida de la rénovation complète du Palais par un nouvel architecte, Joseph-Eugène Lacroix. Les structures actuelles du Palais proviennent pour l'essentiel de cette époque, et l'ensemble de ces travaux, qui s'achevèrent en 1867, constituent les derniers grands aménagements.

Pour l'Exposition Universelle de 1867, les travaux sont achevés et les souverains étrangers seront reçus à l' Elysée : le Tsar Alexandre II, le Sultan de Turquie Abdul-Aziz et l' Empereur d' Autriche François - Joseph.

Elu président de la république en mai 1873, le maréchal Mac Mahon s'installe définitivement à l'Elysée à partir de septembre 1874. Le Palais de l'Elysée sera désormais la résidence officielle de tous les présidents de la République.

Le palais présidentiel ne subira pas des transformations architecturales majeures pendant la IIIème République. Cependant, il se modernisera. Le téléphone, l'électricité, le chauffage central et le "confort moderne" y seront installés

La Vème République conservera l'Elysée comme palais présidentiel et la distribution des pièces en sera profondément modifiée pour répondre aux nouvelles exigences de la fonction présidentielle.

Ainsi, le Salon Doré deviendra le bureau présidentiel, et les principaux collaborateurs du Président s'installeront dans l'ancien appartement d' Eugénie. La salle du Conseil des Ministres sera déplacée du Salon des Portraits au rez-de-chaussée, au premier étage, dans l'ancienne salle à manger privée.

Cette nouvelle distribution sera maintenue par les successeurs du Général de Gaulle. La salle du Conseil des ministres déménagera néanmoins sous la présidence de Georges Pompidou au Salon Murat.

Globalement, malgré toutes ses transformations, le Palais de l'Elysée garde une grande cohérence architecturale. Cette harmonie n'empêche pas le bâtiment d'être doté de toutes les infrastructures nécessaires à la fonction présidentielle. Il abrite ainsi un réseau de 257 lignes téléphoniques, 500 postes informatiques connectés, une régie audiovisuelle, une salle centralisant les écrans de télésurveillance, un service médical... un sous-sol - véritable bunker - qui abrite douze pièces secrètes dont celle du commandement nucléaire Jupiter.
actionclactionfp