MISE AU POINT. Dans son rapport annuel, la Cour des Comptes constate que l'Etat s'est lancé dans un projet très ambitieux, celui de la construction d'une grande université de rang mondial Paris-Saclay, sans avoir préalablement définir clairement les moyens de le réaliser. Précisions.

Le projet autour de l'université de Paris-Saclay mal préparé et mal piloté ? La Cour des Comptes, dans son rapport annuel publié ce 8 février 2017, constate que l'Etat "s'est lancé dans le projet très ambitieux de Paris-Saclay sans avoir au préalable défini clairement les moyens permettant de le réaliser".

 

L'idée de ce projet est de concentrer sur le plateau de Saclay (Essonne) et ses environs immédiats de puissants organismes publics et centres privés de recherche, une grande université de recherche internationalement reconnue et de grandes écoles parmi les plus prestigieuses. Si "la création au 1er janvier 2015 de l'université Paris-Saclay marque une étape importante", note la Cour des Comptes "les conditions de réussite du projet global sont encore loin d'être atteintes", constate-t-elle.

 

Selon elle, la réussite de ce projet suppose que soient réunies trois conditions cumulatives. Tout d'abord "une organisation universitaire et scientifique capable de mettre en œuvre une stratégie globale, notamment en termes de recherche et d'innovation, en vue d'une reconnaissance au plus haut niveau international". Mais la Cour des Comptes constate des divergences entre universités.

 

Manque de logements étudiants et de transports

 

Il est également nécessaire que ce territoire se présente comme "un campus urbain desservi par des moyens de transport adéquats, disposant des logements et des équipements nécessaires". Or, la Cour des Comptes anticipe un déficit de logements étudiants sur le campus dès 2018, estimant à 2.100 le nombre d'étudiants qui devra se loger hors du campus. Une situation délicate compte tenu du déficit en transports collectifs que la Cour des Comptes qualifie de "préoccupant". Si un tronçon doit relier Massy-Palaiseau à Saint-Quentin-en-Yvelines en 2018, en revanche d'autres projets de lignes, comme celui d'un téléphérique, "ne sont pas encore définis", déplore-t-elle. Et la mise en service de la ligne 18 du métro (reliant Massy-Palaiseau à Orly) n'est prévue qu'à l'horizon 2024, rappelle l'institution publique.

 

Et enfin, la troisième condition de la réussite du projet dépend d'une "gouvernance globale forte, capable de surmonter les oppositions, y compris entre acteurs publics, qu'un tel projet suscite inévitablement", estime la Cour des Comptes. Elle préconise donc que l'Etat désigne un responsable interministériel du projet de Paris-Saclay. La Cour des Comptes recommande aussi à l'Etat d'établir une programmation prévisionnelle des financements correspondant aux besoins identifiés, afin d'en vérifier régulièrement la soutenabilité. "Le projet est aujourd'hui entré dans une phase opérationnelle interdisant tout retour en arrière, avec le déménagement en cours de plusieurs établissements d'enseignement supérieur", rappellent les conseillers de la rue Cambon dans leur conclusion.
actionclactionfp