Entre le domicile et la maison de retraite, le Papy Loft, un nouveau concept lancé par une société HLM du Calvados, veut offrir des logements sociaux agréables à vivre et adaptés aux personnes âgées.

«En France, on a trop de schémas tout faits pour les personnes âgées: c'est soit la maison individuelle, soit la maison de retraite», explique Eric Thuillez, directeur général de la société HLM La Plaine Normande, une filiale de la Caisse des dépôts et consignations.
«Le Papy Loft est un concept développé autour de la notion de liberté individuelle», souligne-t-il.

Il se fixe trois objectifs : lutter contre la solitude des seniors, maintenir leur autonomie et leur proposer un environnement sécurisé.
A Moult, le concept a été développé avec le concours du cabinet d'architectes Millet et Chilou, à l'origine du Mémorial de Caen. Une dizaine de maisons mitoyennes, de plein-pied, forment un carré. A l'intérieur, un jardin commun avec des allées, des pelouses, des massifs de fleurs et des bancs. Sur un côté, des garages, des celliers et un portail à ouverture automatique.
«Les locataires du Papy Loft peuvent choisir d'utiliser soit l'entrée côté rue, plus privative, soit l'entrée côté jardin, plus conviviale», précise Eric Thuillez.
«On est très très bien ici, on ne se sent pas seuls et en même temps on est chez soi», affirme Yvonne Feray, 77 ans, arrivée en juin au Papy Loft de Moult, une petite commune en pleine expansion proche de Caen.
La résidence est pour l'instant, avec celle de Biéville-Beuville (Calvados), le seul «Papy Loft à avoir vu le jour, mais d'autres sont en cours d'étude en Haute-Normandie et dans le Calvados», indique Eric Thuillez.
Le concept devrait faire des émules dans d'autres régions, puisqu'il a été présenté à treize autres sociétés HLM, filiales comme La Plaine Normande du groupe d'immobilier locatif SNI.
«Il y a une demande de plus en plus forte de la société vis-à-vis des personnes âgées qui ne veulent pas aller en maison de retraite, mais qui doivent quitter leur logement car il n'est plus adapté», précise Eric Thuillez.
Les logements, qui vont du T2 au T3, disposent notamment de fenêtres surbaissés, de volets automatiques et de salles de bains adaptées à la survenue d'un handicap.
«Nous avons dû vendre notre maison, car mon mari est cardiaque et il ne pouvait plus monter les escalier», explique Yvonne Feray, qui se félicite «des tarifs abordables» de Papy Loft.
Les loyers sont en effet compris entre 270 et 400 euros en fonction des ressources des locataires, qui doivent avoir plus de 60 ans.
«On discute le soir sur le banc, on se rend des services et on s'invite les uns chez les autres», témoigne Andrée Buret, 68 ans. Une salle, appelée «le club», est disponible pour se retrouver ou recevoir parents et amis.
Selon la charte de la Plaine Normande, qui a déposé le nom de Papy Loft, les résidences doivent être construites au coeur des communes, à moins de 300 mètres des commerces.
actionclactionfp