Les artisans du bâtiment s’intéressent davantage à l’éco-construction

Cinq ans après son entrée en vigueur, le Grenelle de l’environnement semble enfin trouver un écho auprès des artisans du bâtiment. C’est le constat fait par l’enquête CERFrance/Ipsos qui révèle que 44% des artisans interrogés jugent favorablement les mesures prises depuis 2007. Détails.

 
 
 


La morosité ambiante et un contexte économique à venir peu réjouissant n’ont pas entamé la volonté des artisans du bâtiment à trouver un nouveau levier de croissance. D’après l’étude CERFrance – réseau associatif de conseil et d’expertise comptable – et Ipsos, la part des artisans attachés aux mesures du Grenelle est passée de 35% en 2011 à 44% en 2012.

Pour autant, si l’accueil est désormais favorable, la réalisation de chantiers en « éco-construction » est encore loin de se généraliser, constate l’enquête. Ainsi, moins d’une entreprise sur trois a vu la demande en matière d’éco-construction augmenter au cours des deux dernières années (29%) ; 55% considèrent qu’elle est restée stable et 14% pensent qu’elle a diminué. Ce sont ainsi 37% des entreprises artisanales interrogées qui ont déjà effectué ce type de chantier, que ce soit en construction ou en rénovation. Ils étaient pourtant 39% l’an dernier, et 40% en 2010. Parallèlement, l’étude constate que les artisans sont plus nombreux à vouloir patienter le plus longtemps possible avant d’engager un tel chantier (34%) ou au moins à attendre un à deux ans (26%).

L’envie est présente, mais des freins subsistent
Il faut dire aussi que les acheteurs sont encore peu nombreux à plébisciter des chantiers en éco-construction : ils sont 59% en 2011 contre 57% en 2010. Ensuite, les artisans mettent en cause le manque de formation et d’accompagnement sur ce type de chantier (33%, +9 points), ainsi que la difficulté à obtenir des aides financières suffisantes (31% ; +8 points), le besoin en équipements nouveaux (26%, +5 points) et les effectifs insuffisants (17%, +3 points).
Malgré tout, la tendance est là, mais n’est pas synonyme d’emplois supplémentaires au sein des entreprises artisanales, note l’enquête CERFrance/Ipsos. Ainsi, 84% des entreprises interrogées estiment que les mesures du Grenelle n’entraîneront pas de nouvelles embauches (contre 76% en 2011 et 73% en 2010). En revanche, les artisans se montrent plus sereins quant au coût d’investissement que ces mesures pourraient engendrer, 69% d’entre eux jugeant ainsi qu’elles pourraient, dans les deux prochaines années, se traduire par des coûts « faibles » pour leur entreprise. Côté labellisation ou certification qualité environnementale, là encore, les artisans accusent un certain retard : 79% d’entre eux n’en bénéficient pas et ne l’envisagent pas pour l’instant, tandis qu’ils ne sont que 4% à y avoir adhérer.

Sur un plan plus général, les artisans sont environ un tiers à estimer que leur activité a diminué, mais ils écartent le passage de 5.5 à 7% du taux de TVA comme principale cause, jugeant que cette hausse entérinée en début d’année n’a pas eu d’impact négatif sur leur activité. Pour les mois à venir, le pessimisme pourrait perdurer, 29% des artisans s’apprêtant à faire face à une baisse d’activité, et 10% prévoyant une baisse de leurs effectifs.


Enquête CERFRANCE / IPSOS "Les artisans du bâtiment et l'éco-construction", réalisée du 18 au 28 septembre 2012 auprès un échantillon national représentatif de 502 artisans du bâtiment d'entreprises de 0 à 5 salariés, selon la méthode des quotas.

(23/10/2012)

 
 
 
 



 
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
 

A voir aussi
Batiactu Réseau

1er réseau pro dédié aux secteurs BTP, construction et immobilier. Grâce aux groupes et discussions, échangez vos idées, points de vue et réalisations avec des centaines de professionnels!



Symposium metropoles du sud - Montpellier
Le 17/01/2015
Maison & objet - Villepinte
Du 23/01/2015 au 27/01/2015
Maison & objet projets - Villepinte
Du 23/01/2015 au 27/01/2015
Urbest metz - Metz
Du 27/01/2015 au 29/01/2015
Ceradeco - Paris
Du 01/02/2015 au 28/02/2015

Recherche dans