Unique en son genre dans la capitale, le patronage laïque Jules Vallès est la réinterprétation contemporaine d'un équipement municipal servant à la vie associative et à la promotion des valeurs républicaines. Regroupant sur une petite parcelle des espaces publics et un programme de logements locatifs pour jeunes travailleurs, le projet nous est raconté par Massimo Basile et Fabienne Louyot, deux de ses architectes.

Dernier patronage laïque de Paris, l'institution Jules Vallès était, jusqu'en 2010, installée dans des locaux devenus inadaptés. Sur l'emprise du site, à l'angle de l'avenue Félix Faure et de la rue Tisserand, la Régie immobilière de la ville de Paris a souhaité poursuivre la mission publique de promotion des valeurs républicaines de laïcité, d'égalité et de fraternité, en bâtissant un nouvel édifice résolument contemporain.

 

Un concours a donc été lancé, au mois de juillet 2010, et les projets de cinq agences ont été sélectionnés. Le lauréat, l'équipe composée de MAB Arquitectura (Barcelone) et LAPS Architecture (Paris), a formulé une proposition complète, répondant aux différentes problématiques de l'édifice. "C'était assez compliqué : il s'agit d'un gros programme à faire tenir dans une petite parcelle", explique Fabienne Louyot, architecte de l'agence LAPS. "Il fallait respecter la qualité de l'espace public couvert, sans négliger les logements", poursuit-elle. D'autant que le contexte urbain du 15e arrondissement, particulièrement dense, pose également des difficultés : "Les immeubles mitoyens sont très différents, immeuble de 10 étages d'un côté, petit bâtiment de l'autre", détaille Massimo Basile, architecte de MAB. La question de la volumétrie du bâtiment qui formerait un angle dans un environnement disparate a donc été primordiale.

 

Espace public couvert
De même, sa vocation d'équipement polyvalent public, destiné à accueillir des concerts et spectacles, des expositions temporaires, des cours d'art plastique ou d'expression corporelle, impliquait également un traitement particulier. L'architecte barcelonais évoque "la porosité du bâtiment dans l'axe visuel vers la cour d'îlot, de l'intérieur vers la rue". Sa consœur surenchérit sur l'importance de la lumière "qui vient créer une faille symbolique de la rue qui se prolonge". Car le patronage laïque est un espace d'échanges disposant de possibilités multiples : foyer, cafétéria, salle polyvalente de 180 places au cœur de l'équipement, espace d'exposition en mezzanine, salles de cours pour la linguistique, les arts ou les sciences… Véritable centre civique, il remet au goût du jour le concept de "Maison des Jeunes et de la Culture", en vogue dans les années 1950-1960, et se sert de l'animation comme vecteur portant les valeurs de la République.

 

Découvrez le patronage laïc en images dans les pages suivantes.
actionclactionfp