DIAPORAMA- Après la cité musicale de l'Ile Seguin, c'est au tour du R4 d'avancer. Le permis de construire de ce complexe de 25.000 m² dédié à l'art contemporain a été entériné ce mercredi 24 juillet par l'investisseur suisse Yves Bouvier et porté par l'architecte Jean Nouvel. Ce nouveau lieu culturel de l'Ouest parisien à vocation internationale qui devrait ouvrir début 2017 reste à l'état de conception. Précisions.

Dans la foulée de la signature, le 11 juillet dernier, de la future cité musicale de l'Ile-Seguin portée par le Conseil général des Hauts-de seine et conçue par l'architecte japonais Shigeru Ban associé au français Jean de Gastines, la ville de Boulogne-Billancourt, Val de Seine aménagement et la SCI R4 ont signé ce mercredi 24 juillet un avenant à la promesse de vente du "R4, pôle des arts plastiques et visuels" de l'Ile Seguin. "Après tant d'années d'attente, cette étape importante permet ainsi de lancer l'étude de l'aménagement du terrain de l'extrême pointe amont, voisin de ce futur bâtiment, signale le député-maire Pierre-Christophe Baguet (UMP). A la suite d'une délivrance du permis de construire de la Cité musicale au cours du premier semestre 2014, les chantiers de la Cité musicale et du R4 pourront débuter cette année-là !"

 

Hommage à la 4L de Renault
En effet, vingt ans après la fermeture de l'usine Renault implantée sur la Seine, à Boulogne-Billancourt, le schéma de réaménagement coordonné par l'architecte Jean Nouvel a bien avancé, malgré les contrariétés juridiques (Cf page 2) de l'île comprenant une tour, un parc vert de 12.000 m², une cité musicale à la pointe de l'innovation, un complexe de cinéma de 16 salles, un cirque numérique et une résidence pour artiste et donc du pôle international des arts plastiques visuels surnommé R4, en rappel à la fameuse voiture Renault.

 

Malgré des avis divers au sein de sa collectivité et la contestation des riverains, le député-maire Pierre-Christophe Baguet (UMP) se réjouit d'avoir trouvé avec Jean Nouvel "une solution plus équilibrée" pour transformer l'île. "Comme nous l'avions déjà dit en 2009 avec Jean Nouvel, nous déplaçons le centre de gravité du Paris culturel vers l'Ouest", avance le maire.

 

Un projet 100 % privé
Ainsi, ce futur pôle d'art contemporain - "arts plastiques et visuels" - est porté par un investisseur privé, le Suisse Yves Bouvier, à la tête de la société Natural Le Coultre, spécialisée dans l'entreposage et le transport d'oeuvres d'art. "Nous sommes les premiers à avoir signé, ce qui fait de notre projet la locomotive du volet culturel de l'île Seguin", se félicite Nelly Wenger, directrice générale du projet R4. Et de nous préciser : "C'est un projet 100 % privé, il n'y a eu aucun recours à un PPP contrairement à ce qui a été dit. La promesse de vente porte bien sur 28.000 m² à bâtir à la pointe amont de l'île. Et la réalisation a été confiée à Jean Nouvel, qui doit livrer ce bâtiment en 2017." Le budget global devrait dépasser les 100 millions d'euros, assure-t-elle.

 

Son objectif : "Créer un lieu qui attire les artistes comme un 'aimant', où coexiste une 'effervescence intellectuelle et artistique permanente, partagée avec le grand public." Composée d'espaces d'exposition et de galeries, d'ateliers d'artistes et d'artisans d'art, de lieux pédagogiques, de salles de vente et d'entrepôts, de plateformes numériques et de plateaux modulables, son architecture, fonctionnelle et polyvalente, répondra aux besoins des utilisateurs.

 

R4 le pôle des arts plastiques et visuels de l\'ile Seguin
De gauche à droite : Nelly Wenger, directrice du projet R4, David Fargat, architecte en charge du projet chez les Ateliers Jean Nouvel, et Pierre-Christophe Baguet, député-maire de Boulogne-Billancourt. © S.C.Batiactu
Pont roulant au-dessus de la Seine
"Les œuvres d'art seront d'ailleurs acheminées par voie fluviale et déplacées sur site grâce à un pont roulant qui surplombera la Seine", souligne de son côté David Fargat, architecte en charge du projet chez les Ateliers Jean Nouvel. Justement Jean Nouvel a souhaité créer un territoire culturel à l'Ouest de Paris sur lequel on y retrouve un socle épais, un sol, des toitures arborées, une structure ouverte sur l'extérieur et des boîtes posées qui s'accrochent et se déplacent. L'idée est claire depuis le début du projet : ne pas créer un bâtiment d'usage mais un espace ouvert."

 

 

Découvrez la suite de l'article dédiée aux affaires juridiques de l'Ile Seguin.
actionclactionfp