DEMANTELEMENT. Sébastien Lecornu, secrétaire d'Etat à la Transition écologique et solidaire a réuni les parlementaires, présidents de conseils, élus locaux et préfets, afin d'évoquer la fermeture et la reconversion du site nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin). Plusieurs pistes de travail sont ressorties de cette rencontre.

Fessenheim sera fermée à l'entrée en service de l'EPR de Flamanville, à la fin de 2018 ou au début de 2019. Mais que faire de la vieille centrale nucléaire et de ses nombreux employés ? Pour en discuter, le secrétaire d'Etat à la Transition écologique et solidaire auprès de Nicolas Hulot, Sébastien Lecornu, a réuni ce mercredi 29 novembre 2017 les élus locaux, représentants de l'Etat ainsi que le délégué interministériel à la fermeture et à la reconversion du site, pour co-construire un projet de territoire, voulu comme exemplaire par le chef de l'Etat, dès la fin de l'activité des réacteurs.

 

Le secrétaire d'Etat a, par exemple, proposé la constitution d'un comité de pilotage chargé de préciser ce projet, qui rassemblerait ces élus, les services de l'Etat, EDF et les autres acteurs économiques impactés. Ce comité devrait être installé au cours du mois de janvier 2018, à l'occasion d'un déplacement dans le Haut-Rhin, où Sébastien Lecornu rencontrera les syndicats d'employés. Le préfet a, par ailleurs, été confirmé dans son rôle d'interlocuteur privilégié pour les élus.

 

Foncier, fiscalité, opportunités

 

Des pistes de travail ont été évoquées, afin de constituer une base de travail pour l'élaboration ultérieure du projet de territoire. Il s'agira bien sûr de rechercher de nouveaux axes de développement économique, mais également de penser l'aménagement foncier disponible et de répondre aux besoins d'infrastructures sur le territoire. Le plan devra également sécuriser l'approvisionnement énergétique et proposer éventuellement un développement lié aux renouvelables. Une réflexion sur la fiscalité locale pourrait aussi être engagée.

 

Sébastien Lecornu a tenu à remercier "les parlementaires et élus locaux d'avoir accepté la méthode de travail et d'être force de proposition sur les différentes pistes de travail" évoquées.
actionclactionfp